Qui se cache derrière la success story d’expat.com ? Quelle est l’histoire de Julien Faliu, son fondateur ? Quelle est sa vision de l’expatriation ? Sa vie à l’Ile Maurice ?

Pour soutenir le podcast, RDV sur https://www.tipeee.com/expat-heroes.

QUESTIONS

PARTIE 1: JULIEN L’EXPATRIÉ ET LA SUCCESS STORY EXPAT.COM

1. A 39 ans, tu es le fondateur et dirigeant de expat.com, une plateforme web de plus de 2 millions de membres à travers le monde. Comment cette aventure a commencé ? [01:10]

2. Avant de te rencontrer, j’imaginais expat.com comme une entreprise née pour faire du profit dès le départ. En fait, on découvre que le partage d’expérience et l’entraide sont vraiment dans l’ADN d’expat.com, depuis sa création. Quel a été le déclic pour passer du « loisir associatif » au « business » ? [04:33]

3. Une des raisons du succès est que toi-même tu as vécu à l’étranger: Barcelone, Madrid, Londres et aujourd’hui l’Ile Maurice. Qu’est-ce qui t’a poussé à partir ? [07:24]

4. Quelles questions faut-il se poser avant de partir pour la 1ère fois ? [09:03]

5. Des conseils pratiques pour s’intégrer à une nouvelle culture ? [11:36]

6. Qu’est-ce qu’on trouve sur expat.com qu’on ne trouve pas ailleurs ?[13:22]

7. Une équipe d’une vingtaine de personnes font vivre expat.com: des communicants, des développeurs web et des modérateurs dans les forums. J’ai découvert qu’il y a aussi ce que vous appelez les « experts ». Tu peux nous expliquer leur rôle ? [15:01]

8. C’est une entreprise qui roule grâce aux revenus générés par la publicité. Comment tu imagines expat.com dans 5 ans ? [15:40]

9. Tu gères une équipe d’une vingtaine de personnes de différentes nationalités. Comment on gère les différences culturelles au quotidien ? [16:35]

10. Y’a une question que beaucoup d’expatriés se posent c’est « c’est où chez moi ? » Alors Julien c’est où chez toi? [18:29]

PARTIE 2: VIVRE ET S’INSTALLER A L’ILE MAURICE [18:55]

1. Qu’est-ce qui t’a le plus étonné en arrivant à Maurice ? [19:10]

2. A quoi ça ressemble une semaine type là-bas ? [20:46]

3. Est-ce qu il y a une communauté importante de français a Maurice ? [24:03]

4. Pour tous ceux qui viennent s’installer et ont des enfants, quelles sont les possibilités de scolarisation, y a-t-il une école française ou une école internationale ? [24:39]

5. Parfois, on retrouve les expatriés regroupés par quartier. Est-ce que la communauté française vit dans une ville ou un quartier en particulier à Maurice ? [25:03]

6. Quels conseils tu donnerais à un français voudrait s’expatrier à Maurice ? [25:27]

7. Est-ce que c’est facile de se loger ? Dans quels secteurs peut-on trouver du travail ? [26:29]

8. Dernière question, avec le recul, quelle est la plus belle aventure de ta vie, après ta 1ère expatriation à l’étranger en 1999 ? [27:46]
 

EXTRAITS
« Ça n’a pas été créé dans le but d’être une entreprise au départ, c’était vraiment un hobby. Le soir le WE. Dans mon salon. Dans ma chambre. A Madrid. A Londres. »
« Mon chef me demande: – Ça va pas ? – Si ça va. C’est le Wall Street Journal qui m’appelle pour faire une tribune sur mon projet. Ils ont trouvé ça super intéressant. J’y croyais pas ! »
« Est-ce que je pars pour les bonnes raisons ? L’expatriation est avant tout un projet, c’est certainement pas une fuite. L’herbe n’est pas plus verte ailleurs. Elle est d’un vert différent. »
« À la trentaine, on a toujours des amis qui construisent une maison qui prennent un crédit . J’avais pas choisi la même route. J’avais choisi de repartir à l’étranger. Il y avait un décalage certes. Mais cette richesse qui n’était pas matérielle mais culturelle m’a vraiment apporté beaucoup. J’aimerais continuer à vivre de cette façon là peut-être découvrir d’autres destinations dans les années à venir. Une fois qu’on y prend goût on a du mal à arrêter. »
« On va pas au boulot en voiture ou en planche à voile ! C’est embouteillage tous les matins, tous les soirs. On peut passer 1h30 par jour en voiture. »
« Il faut savoir regarder de l’autre côté de la carte postale. Vous savez celle où il y a rien écrit et c’est à nous d’écrire l’histoire. »

 

LIENS

expat.com

Découvrez le réseau d’entraide « Vivre à l’Ile Maurice » (expat.com)

Télécharger le guide de l’expatrié à l’Ile Maurice (expat.com)

Guide du Routard Ile Maurice et Rodrigues 2018: + plongées

Cet épisode vous a plu ? La meilleure façon de soutenir le podcast est de laisser un avis 5 étoiles sur Apple Podcasts ça permettra à d’autres de le découvrir plus facilement. Vous pouvez aussi m’aider financièrement à le développer en versant un euro par mois sur la plateforme tipeee https://www.tipeee.com/expat-heroes.

Rosiane Houngbo Monteverde est expat au Royaume de Bahreïn entre les Emirats Arabes Unis et le Qatar. Après une intense vie d’avocate à Paris, Rosiane a décidé de suivre son époux  à l’étranger. L’expatriation lui a permis de réaliser son rêve: ouvrir son cabinet d’avocats. Quels sont les défis qu’elle a relevés pour réaliser son projet et devenir entrepreneur ? Vivre au Bahreïn, c’est comment ? Ecoutez l’épisode pour le savoir !

Pour soutenir le podcast, RDV sur https://www.tipeee.com/expat-heroes.

QUESTIONS:

1. Chaque mois, j’interroge des français a travers le monde pour connaitre leurs projets en expatriation. Pour toi ça a été la création de ton cabinet Legal Nomads au service des expatriés. Quels sont les services que tu proposes ? [01:23]

2. Avant de partir en expat, tu étais avocate a Paris. Tu as pourtant décidé de suivre ton mari a Bahreïn. Qu’est ce qui vous a décidé a partir ? [02:10]

3. Te retrouver en expatriation a Bahreïn a été finalement une opportunité pour te lancer dans cette aventure entrepreneuriale. Fonder ton entreprise n’a pourtant pas été une évidence tout de suite. Tu as d’abord cherche du travail a Bahreïn. Tu as rejoint un cabinet d’affaires dans l’immobilier et donné des cours à l’alliance française. Quand as-tu eu le déclic pour te lancer et fonder ta structure ? [03:15]

4. Quels sont les défis que tu as relevés pour créer ton entreprise ? [07:27]

5. Selon toi, qu’est-ce qui est plus difficile a vivre et le plus facile a mettre en place quand on devient entrepreneur ? [08:42]

6. Ton entreprise va fêter ses 2 ans. L’objectif est de pérenniser et de développer ton activité. C’est un vrai challenge. Comment vois-tu ton entreprise dans 10 ans ? [12:48]

7. Tu as créé ta structure a Bahreïn en t’associant à un partenaire local. En tant que conjoint d’expat, quel visa as-tu ? [13:39]

8. L’arrivée dans un pays ca peut être parfois déprimant. Tu me disais en préparant l’émission que tu avais été au contraire enchantée par Bahreïn. Qu’est-ce qui t’a le plus étonnée en arrivant à Bahreïn ? Est-ce que tu as une image forte ou une anecdote à nous raconter ? [18:00]

9. La constitution bahreïnienne dispose que l’islam est la religion d’Etat et que la charia est l’une des sources du droit, tout en garantissant la liberté de croyance. La majorité de la population est musulmane. Il y a des attitudes à respecter. Comment ça se traduit au quotidien ? [19:22]

10. Est-ce qu’il y a une communauté importante de français a Bahreïn ? [21:23]

11. Parfois, on retrouve les expatriés regroupés par quartier. Est-ce que la communauté française vit dans un quartier en particulier à Bahreïn ? [22:02]

12. Pour tous ceux qui viennent s’installer et ont des enfants, quelles sont les possibilités de scolarisation, y a-t-il une école française ou même un lycée français ? Est-ce qu’il y a des structures internationales ? [23:38]

13. J’ai lu que le secteur touristique et bancaire étaient très développés. Quelles entreprises francaises sont présentes à Bahreïn ? Quels conseils tu donnerais a un conjoint d’expat qui recherche du travail à Bahreïn ? [24:32]

14. Ou alors pour le conjoint suiveur qui ne trouve pas de travail, il ou elle peut monter son activité, comme tu l’as fait. Un dernier mot à ceux qui ont Bahreïn dans leur short list pour une prochaine expat ? [27:14]

Deux questions « surprise » (hyper intéressantes biensûr) se sont cachées car improvisées par Cristina… serez-vous les retrouver ?!

 

NOTES sur l’entrepreneuriat et sur Bahrein:

« J’ai toujours eu comme projet d’avoir mon cabinet d’avocats. C’était juste une question de temps. Qu’est ce que je vais faire en expat, je vais me mettre à la coiffure…?! Finalement j’ai continué le droit c’est quelque chose qui me colle à la peau ! »
« Une double naissance: la naissance d’un enfant et la naissance d’un autre enfant professionnel et c’est probablement pas un hasard finalement ! »
« Il faut surtout s’écouter et se faire confiance. Par bienveillance, souvent les gens peuvent décourager, ils projètent en fait leurs propres craintes… »
« Etre libre c’est ce qui est de plus facile. Vendre un produit ou un service qui nous ressemble. Le plus difficile pour moi qui suit très sociable, c’est la solitude de l’entrepreneur. »
« J’avais besoin de bien distinguer la vie professionnelle de la vie personnelle. Psychologiquement il ne faut pas sous-estimer le pouvoir des bureaux: on se sent encore plus professionnelle alors que le confort de la maison peut encourager à ne pas oser se lancer. »
« En me perdant dans les couloirs du Ministère de la Justice, je suis tombée sur des fonctionnaires locaux qui m’ont recommandée mon associée actuelle. C’est un beau partenariat, que cette alliance entre une avocate orientale arabe, et une avocate française venant d’un système juridique différent. Il y a beaucoup de respect et de confiance. On gère les dossiers ensemble quand il y a des problématiques de droit bahréinien. « 
« Vous trouverez du porc que vous payerez à prix d’or mais vous en trouverez ! »
« Créer sa société au Bahrein est extrêmement facile. »

Cet épisode vous a plu ? La meilleure façon de soutenir le podcast est de laisser un avis 5 étoiles sur Apple Podcasts ça permettra à d’autres de le découvrir plus facilement. Vous pouvez aussi m’aider financièrement à le développer en versant un euro par mois sur la plateforme tipeee https://www.tipeee.com/expat-heroes.