Vous êtes curieux de savoir ce qu’il se passe dans la tête de votre ado en expat ? Grâce à Véronique Martin Place, c’est possible ! Véronique est multi-expatriée, auteure du roman jeunesse:  Journal d’une ado expatriée. Cette interview va vous donner les clés pour mieux comprendre et accompagner l’expatriation des ados. Peut-être que vous aussi, comme Véronique vous rêvez de publier votre 1er roman ? Eh bien ça tombe bien, j’ai demandé à Véronique plein de conseils pour sortir votre manuscrit du placard !

Pour soutenir le podcast, RDV sur https://www.tipeee.com/expat-heroes.

 

QUESTIONS

 
1. Ton livre Journal d’une ado expatriée est paru en mai 2017. De quoi parle ce livre ? 0:56

2. Pourquoi avoir écrit Journal d’une ado expatriée ? 3:53

3. A quelle tranche d’âge le livre est-il destiné ? 4:55

4. Avoir un journal ça peut sembler « old fashion » surtout pour un ado. Ton livre montre qu’au contraire l’écriture peut être un formidable exutoire. Léa écrit sur son journal ce qu’elle ne peut pas dire à ses parents. En lisant le livre, on se retrouve dans la tête d’une ado en expat et on découvre les difficultés rencontrées. Peux-tu nous les résumer ? 5:32

5. Qu’est-ce qui a aidé Léa à bien vivre sa 1ère expatriation, à retrouver l’équilibre qu’elle avait dans sa vie d’avant en France ?  8:30

6. Finalement, quels conseils retire-t-on à la lecture de ce livre en tant que parent expatrié ? 10:45

7. Tu tords le cou à certains clichés. L’expatriation n’est pas toute rose contrairement à ce qu’on peut voir sur Internet. Montrer la réalité de l’expatriation loin des clichés c’est le crédo d’Expat Heroes, c’était aussi un objectif de ton livre ? 12:30

8. Le roman Journal d’une ado expatriée n’est pas ton 1er livre. 2 ans avant sa sortie, tu publies Pourquoi les coccinelles ont-elles des points. Comment est venu cet intérêt pour la littérature jeunesse ? 15:27

9. C’est aux Etats-Unis que tu décides de te consacrer à l’écriture en lançant ta micro-entreprise Writer Forever en 2009. Quel a été le déclic pour monter ton activité ? 17:15

10. Trois ans après le lancement de ta micro entreprise, tu publies le 1er livre en ton nom, Finding Your Feet in Chicago .Qu’est ce qui t’a permis de te jeter à l’eau ?  19:21

11. Si tu pouvais monter dans la Doloreane de Retour vers le futur et parler à la Véronique d’il y a 20 ans, quels conseils tu lui donnerais ? 22:53

PARTIE 2: DEVENIR UN AUTEUR, PUBLIER SON 1er LIVRE 27:05

1. Comment commencer à écrire ? Comment choisir son sujet ? Un sujet qui nous touche et qui nous évitera la page blanche ou un sujet qui sera vendeur ?

2. Est-ce que tu as des astuces pour trouver du temps libre pour écrire ?

3. Comment lutter contre le syndrome de la page blanche ?

4. Une fois qu’on a son manuscrit qui est prêt: on s’interroge. Le faire lire à ses proches est-ce que c’est une fausse bonne idée ?

5. On est prêts à publier. On envoie à un éditeur ou on opte pour l’auto-édition ? Toi tu as vécu les deux. Comment as-tu fait ton choix ?
 

CITATIONS

Cette histoire est celle d’une transition culturelle vue par une fille de 13 ans.

Je l’ai écrit pour mes filles et au delà pour tous les jeunes ados expatriés. Je voulais leur donner la parole à travers un personnage que j’ai créé de toute pièce.

On est adolescent et on se retrouve comme un petit bébé. Il faut tout réapprendre. On se retrouve à rester dans l’ombre de papa et maman alors qu’on commençait juste à s’émanciper.

Il faut que les parents projètent l’enfant et le fassent participer au projet. Il faut que l’ado trouve son compte dans ce projet de départ à l’étranger.

Comme beaucoup de conjoints / accompagnateurs, j’en ai eu assez de chercher / démissionner, chercher / démissionner,  trouver / pas trouver.

On risque parfois de faire davantage ce que les autres voudraient qu’on fasse plutôt que ce qu’on a vraiment envie de faire. Gardez le cap: qu’est-ce que j’ai envie de faire, qu’est-ce que j’ai besoin de faire pour me sentir bien maintenant ?

L’expatriation nous permet de changer le moule dans lequel on se met parfois soi-même.

PARTIE 2: DEVENIR UN AUTEUR, PUBLIER SON 1er LIVRE

Il faut être très régulier et constamment connecté sur son projet, tous les jours.

Il faut qu’il y ait du plaisir dans l’écriture sinon ça ne sert à rien.

Je prends RDV avec moi-même. Avec mon projet. C’est important pour moi. C’est la seule manière de le voir aboutir.

Si on veut gagner de l’argent il pas choisir d’écrire des livres. Le retour sur investissement va être très faible. Ce n’est pas la meilleure raison à mon avis. L’important est la notion de plaisir. L’envie de partager un parcours, des solutions… Le lecteur va le sentir si il n’y a pas du plaisir ou une envie forte.

Il faut que le sujet vienne des tripes. Un sujet qui revient sans arrêt sur la table qu’il faut traiter pour pouvoir s’en débarrasser.

Si on a un sujet qui nous tenaille, on va être connecté au projet.

Cet épisode vous a plu ? La meilleure façon de soutenir le podcast est de laisser un avis 5 étoiles sur Apple Podcasts ça permettra à d’autres de le découvrir plus facilement. Vous pouvez aussi m’aider financièrement à le développer en versant un euro par mois sur la plateforme tipeee https://www.tipeee.com/expat-heroes.

LIENS

Journal d’une ado expatriée

Imaginez que vous vous installez dans la ville où vous passez vos vacances chaque été à l’étranger. Impossible ? Eh ben si ! Emilie l’a fait.
Suite à un vrai coup de coeur pour la Croatie, son mari et elle ont décidé de changer de vie et d’immigrer en Croatie. Ce n’est pas une expatriation comme les autres. Pas de contrat local ou d’expat. Pas d’entreprise derrière pour les soutenir. Quels défis ont-ils relevé pour y parvenir ? Pas facile non plus pour leur fils Hugo. Emilie crée pour lui le projet de correspondance entre enfants expats qu’elle nomme Les Petits Expats. Aujourd’hui Les Petits Expats est un site web plein de ressources pour l’enfant expatrié. Les Petits Expats en Croatie et immigration choisie au menu de cet épisode #25.

 

QUESTIONS
  1. Tu es expatriée en Croatie depuis 2 ans avec ton mari et tes deux enfants. Tu es l’origine du projet Hugo découvre le monde. Comment et pourquoi est né le projet ? 1:20
  2. Explique-nous en quoi ça consiste ?  2:59
  3. C’est Noël tous les jours pour Hugo qui reçoit des cartes des 4 coins du monde. Qu’est-ce que ça vous apporte à tous les deux ? 5:36
  4. Hugo découvre le monde est aujourd’hui bien plus qu’un projet c’est devenu un site d’info appelé Les Petits Expats. Tu avais cette idée en tête au départ où c’est venu petit à petit ? 9:13
  5. Qu’est-ce que t’apporte ce projet au niveau professionnel ? 12:21
  6. Les Petits Expats ne serait pas né sans votre changement de vie en Croatie. Ce n’est pas une mutation professionnelle. Vous avez choisi ton mari et toi de vous installer en croatie, d’immigrer. Vous viviez à Annecy, la Venise des Alpes, l’une des plus belles villes de France. Pourquoi avoir décidé de partir, et pourquoi avoir choisi la Croatie ? 13:57
  7. C’est un projet familial qui prouve qu’on a pas besoin d’une société pour tenter l’aventure d’une expat. Comment vous vous êtes préparés ? 16:56
  8. Quels défis avez-vous dû relever ? 20:01
  9. Qu’est-ce que t’apporte cette nouvelle vie en Croatie ? 22:27
  10. Où vivent les francophones en Croatie ? 24:22

PARTIE 2: S’INSTALLER EN CROATIE 25:14

  1. Si tu devais choisir 3 mots pour définir la Croatie qu’est-ce que tu dirais ?
  2. Et Pakostane en particulier ?
  3. Parler croate c’est bien sûr un must pour s’intégrer. Est-ce qu’on peut quand même se débrouiller an anglais ou en français là-bas au début ?
  4. Est-ce facile de trouver un logement ?
  5. Niveau scolarité des enfants, sais tu si il y a des écoles françaises en Croatie (lycées français ou structures FLAM)?
  6. Quels conseils tu donnerais à ceux qui préparent leur expatriation en Croatie ? Est-ce que tu as des sites Internet à leur conseiller ?
CITATIONS

« Finalement ce projet de correspondance rapproche les petits expats les uns des autres. Chacun devient grand ambassadeur et petit reporter de son pays. C’est une ouverture formidable sur le monde.  »

« C’est quelque chose qui à dû se produire au fond de moi. Pour moi, la vie nous attendait là-bas, en Croatie. »

« Tout quitter, c’est pas si facile. On s’est dit qu’on avait qu’une vie, qu’il fallait pouvoir en profiter, s’accomplir: pleinement. »

« Il y a eu des périodes d’angoisse mais l’envie a été plus forte que tout. »

« Et on savait qu’on serait raisonnable. D’abord parce qu’on partait pas au bout du monde, c’est rassurant. Et puis parce qu’on est des bosseurs, on s’est dit qu’on y arriverait d’une façon ou d’une autre.  »

« Finalement c’est une expatriation sans filet. On refait notre vie en repartant de zéro. Mais c’est un vrai projet de famille, on le fait pour nous. »

« Les défis étaient plus nombreux que pour une expatriation une entreprise derrière mais l’aventure n’en est que meilleure quand l’expatriation est un projet qui vient de nous-mêmes.  »

« L’acceptation par la famille ça n’était pas évident: « oh la la repartir de zéro avec des enfants ! ». Mais ils nous ont soutenu et tant mieux car c’est une aide précieuse morale. « 

« Le défi ? Au delà de la création d’entreprise, c’est faire tourner sa boîte, financer son propre salaire. »

« Donner confiance à son enfant pour qu’il ne se sente pas déraciné et qu’il ne ressente pas la difficulté d’être étranger. Dans un village où tout le monde se connaît, les étrangers c’est nous. Se faire accepter, s’intégrer, s’adapter aux us et coutumes locales ont été un challenge. »

« Apprendre la langue quand on vit dans un pays ça fait partie de l’intégration. »

« A Zagreb c’est assez facile de se loger. En revanche pour s’expatrier sur la côte c’est plus difficile. Trouver une location à l’année est assez compliqué car les logements sont gardés pour les touristes. « 

« Il y a beaucoup d’agences immobilières en Croatie. Mais elles travaillent assez mal et sont assez peu sérieuses. »

 

LIENS

Expats in Zagreb: https://www.facebook.com/groups/41415719768/about/

Expats in Split: https://www.facebook.com/groups/xpatsinsplit/

Expats français et francophones de Croatie: https://www.facebook.com/groups/197426357509932/

 

Hambourg et Angélique c’est une longue histoire. L’histoire d’une renaissance. D’abord personnelle, puisque c’est sa 1ère expat et là où elle a retrouvé l’amour. Et ensuite professionnelle car c’est devenu le lieu de son changement de carrière. Angélique a fait de sa passion pour le Do It YourSelf son métier en expat. Angélique nous expliquera son changement de vie et fera découvrir Hambourg.

Pour soutenir le podcast, RDV sur https://www.tipeee.com/expat-heroes.

QUESTIONS

1. La ville de Hambourg a beaucoup de sens dans ta vie tant au niveau professionnel que personnel. On va le voir. C’est d’abord là où tu t’es expatriée pour la toute première fois il y a 8 ans. Tu travaillais dans l’aéronautique. Qu’est-ce qui t’a poussé à quitter la France ? 1:12

2. A Hambourg, tu étais maman solo à l’époque d’une petite fille de 5 ans. Ça n’a pas dû être évident tous les jours. Comment t’es-tu préparée à cette nouvelle vie ? 1:54

3. Hambourg c’est aussi la ville où tu as rencontré ton compagnon actuel, le papa de ta 2ème fille. Qu’as tu finalement retiré de cette 1ère expérience à l’étranger ? 3:26

4. En expat y’a ceux qui restent entre français et ceux qui veulent à tout prix s’intégrer. Tu fais partie de quelle catégorie ? 5:30

5. Après un retour en France de 5 ans, vous revenez à Hambourg mais là au niveau pro, tu décides de te reconvertir: pourquoi ? 6:41

6. Certains trouvent leur voie naturellement, en lisant des bouquins, des blogs. D’autres font appel à un coach. Ça représente un investissement financier. Qu’est-ce qui t’a poussé à te faire aider par un coach ? 8:06

7. Et là: révélation. Tu te reconvertis dans les arts créatifs, le « Do It Your Self ». En quoi consiste ta nouvelle activité ? 9:59

8. Quels ont été tes plus gros challenges pour monter ton entreprise ? 14:50

9. Est-ce que c’est facile de monter sa boîte en Allemagne, à Hambourg en particulier ? 16:53

PARTIE 2: VIVRE A HAMBOURG 17:43

1. Est-ce qu’on peut vivre à Hambourg sans parler allemand ?

2. Est-ce que le coût de la vie est plus cher qu’en France ?

3. Où sont les quartiers où il fait bon vivre à Hambourg ? Est-ce qu’on peut se loger sans problème ?

4. Tu as 2 filles de 13 et 5 ans. Où sont-elles scolarisées ? Est-ce qu’il y a une école française ou internationale à Hambourg ?

5. Qu’est-ce qui te plait le plus dans cette ville et à l’inverse ce que tu aimes moins ?

6. Au niveau culturel est-ce que ça bouge à Hambourg ?

7. Avec le recul, qu’est-ce que tu aurais aimé savoir avant de t’installer qui t’aurait permis de t’adapter plus facilement ?

8. Est-ce que tu as des sites Internet ou des groupes Facebook à conseiller à ceux qui préparent leur expatriation à Hambourg ?

 

LIENS
Français à Hamburg : https://www.facebook.com/groups/279518854925/

Français de Hambourg : https://www.facebook.com/groups/francais.hambourg/

Blog Mon Hambourg : www.monhambourg.de

Le site d’Angélique: https://lesateliersdangelique.com

Cet épisode vous a plu ? La meilleure façon de soutenir le podcast est de laisser un avis 5 étoiles sur Apple Podcasts ça permettra à d’autres de le découvrir plus facilement. Vous pouvez aussi m’aider financièrement à le développer en versant un euro par mois sur la plateforme tipeee https://www.tipeee.com/expat-heroes.