Non seulement Pierre-Franck a réalisé son rêve d’enfant en devenant pâtissier, mais il l’a fait à l’étranger, en Colombie ! On pourrait penser à un parcours en solo, mais c’est en famille que Pierre-Franck Leroux a ouvert sa pâtisserie à Medellin. Comment ont-ils fait ? Monter sa pâtisserie en famille à l’étranger: un rêve devenu réalité !

Pour soutenir le podcast, RDV sur https://www.tipeee.com/expat-heroes.

 

QUESTIONS

1. Tu as 26 ans. Tu as une licence en commerce international, un Master FLE. Pourtant tu décides de passer ton CAP pâtissier. Et tu ouvres il y a deux mois une pâtisserie française en Colombie. C’est une reconversion ? 00:58

2. Comment est née cette passion pour la pâtisserie ? 02:00

3. Cette pâtisserie s’appelle PF Pastelerero Francês, PF Pâtissier français, aux lettres de ton prénom. Et pourtant c’est une entreprise familiale… Tu travailles au quotidien avec ta soeur. Ça se passe bien ? 02:46

4. Pour ouvrir une pâtisserie, vous avez dû créer votre structure juridique, trouver un local, vous faire connaître. Quelles sont les difficultés que tu as rencontrées et comment tu les as surmontées ? 04:43

5. Et tes parents est-ce qu’ils vous ont soutenu dans l’aventure ? 08:02

6. Toi tu réalises ton rêve d’enfant. Qu’est-ce que ça apporte à votre famille en général ? 08:53

7. Pourquoi la Colombie ? 09:59

8. Tu es parti pour rester en Colombie. Quelles sont les démarches à faire pour s’installer en Colombie ? 11:16

9. Qu’est-ce que tu aurais aimé savoir avant de partir ? 12:13

10. La communauté française de Medellin 13:53

11. Quand on pense à la Colombie, les choses qui nous viennent en tête sont la guérilla des FARC, l’enlèvement d’Ingrid Betancourt et le trafic de drogue. La ville où tu as choisi de t’installer Medellin, était le berceau de Pablo Escobar. le pays et la ville ont bien changé aujourd’hui. 14:36

12. Qu’est-ce que tu aimes en Colombie ? A l’inverse qu’est-ce qui te plait moins ? 16:48

13. Un dernier mot à ceux qui hésitent à se lancer à l’étranger ? 18:38
 

EXTRAITS

La pâtisserie ? C’est une passion et un rêve d’enfant.

On peut monter son entreprise très rapidement en Colombie.

Le projet a évolué au fil du temps et au fil des difficultés.

On voulait que cette pâtisserie soit un témoignage de notre rencontre avec la Colombie en incluant des produits locaux.

C’est une entreprise familiale, une capitalisation non seulement financière mais surtout de compétences.

L’expérience est positive pour nos liens familiaux.

Il faut un garant qui gagne trois fois la valeur de la location ou faire des avances de loyer de 6 mois à un an !

On appelait Medellin la ville du Printemps éternel.
 

LIENS

https://pierrefranckpastelero.com

Excellent article du blog et podcast traverserlafrontière: http://traverserlafrontiere.com/vivre-en-colombie/

Cet épisode vous a plu ? La meilleure façon de soutenir le podcast est de laisser un avis 5 étoiles sur Apple Podcasts ça permettra à d’autres de le découvrir plus facilement. Vous pouvez aussi m’aider financièrement à le développer en versant un euro par mois sur la plateforme tipeee https://www.tipeee.com/expat-heroes.

Envie de découvrir la favela loin des clichés ? Pierre Baron nous emmène à Rio de Janeiro où il a été en stage pour une ONG dans l’énergie solaire au sein de la favela Babilônia. Il met aujourd’hui le kitesurf au coeur d’un projet associatif pour ouvrir les portes de la favela et montrer qu’elles font partie intégrante de la richesse culturelle de la ville de Rio.

Pour soutenir le podcast, RDV sur https://www.tipeee.com/expat-heroes.

 

QUESTIONS

1. Tu es Vice Président d’une ONG qui s’appelle REVOLUSOLAR à Rio de Janeiro. Peux tu nous expliquer l’objectif de cette association ? 0:57

2. Il y a un an tu arrivais en stage dans cette ONG. Tu as travaillé au sein de la favela Babilônia dans la région sud de Rio, avec les « moradores », les habitants. Comment t’es-tu intégré ? 1:23

3. En quoi ce projet a changé la vie au quotidien des gens de la favela ? 2:31

4. Il y a  aussi une volonté d’inclure les gens de la favela dans le projet, de les former pour leur permettre de travailler… 3:39

5. Comment vous vous y êtes pris pour convaincre les décideurs ? 4:37

6. Parlais-tu portugais ? 5:47

7. Tu as connu l’année de mise en place des JO. Peux-tu nous décrire cette période ? 6:05

8. Il y a beaucoup de clichés sur les favelas et une image très négative où on imagine la pauvreté, la violence et les trafics. Tu as eu peur au début ? Comment ta perception a-t-elle évolué ? 8:21

9. Tu t’es intégré à travers le kitesurf. Très rapidement tu as décidé de partager ta passion avec les jeunes de la favela… 10:01

10. Vous avez créé le festival de la pipa- pour faire connaître le projet à tous les habitants et pour les rassembler. C’est quoi la Pipa ? 11:41

11. Quels feedbacks vous avez eu de l’événement et du projet ? 13:18

12. Une volonté d’apporter une dynamique associative, ouvrir les portes de la favela et changer l’image négative des favelas 13:55

13. Quelles sont les prochaines étapes et ton ambition sur ce projet ? 15:33

14. Quelle est la rencontre la plus marquante que tu aies faite lors de ton séjour à Rio ? 16:50

15. Qu’est-ce qui te plait dans la culture brésilienne ? 17:58

16. Si tu pouvais comme dans « retour vers le futur » voyager dans le temps et donner des conseils au Pierre Baron d’avant le départ, qu’est-ce que tu lui dirais ? 18:46

17. Tu es de retour en France le temps d’obtenir un Visa. On dit souvent qu’on revient changé d’une expérience à l’étranger. Quel est ton avis. Tu te sens différent ? 19:33
 

EXTRAITS

Je veux leur proposer une opportunité de vie à travers le projet de kite solidaire.

C’est le symbole de mon projet. Le kite surf est un cerf volant, la pipa est un cerf volant plus petit.  Je veux faire le lien entre la favela et la plage par le biais de ce sport le kite surf.

On veut ouvrir les portes de la favela pour montrer que la favela est un endroit magique.

Contrairement à ce qu’on peut imaginer, ce sont des personnes très ouvertes à rencontrer à partager leur expérience, les points de vue magnifiques de la favela.

Former des jeunes, des adolescents, des adultes à la pratique du kite surf et qu’ils voyagent par la suite en exerçant cette profession ce serait un grand rêve pour moi.

Les brésiliens arrivent à être efficaces sans stress. Le stress, on a l’impression qu’ils ne le connaissent pas. Ils arrivent à jongler entre contraintes et plaisir de façon harmonieuse.

Après mes études d’ingénieur, mon parcours a pris une autre forme mais en fait je me rends compte que je suis heureux comme ça.

 

LIENS

 
Site Web de l’ONG Revolusolar (en portugais) https://revolusolar.wordpress.com

Vidéo de l’ONG Revolusolar (en portugais sous-titré en anglais):

Vidéo du projet de Pierre, Kite Solidaire (en français):

Page Facebook du projet de Pierre, le Kite Solidaire: https://www.facebook.com/kitesolidaire/

Cet épisode vous a plu ? La meilleure façon de soutenir le podcast est de laisser un avis 5 étoiles sur Apple Podcasts ça permettra à d’autres de le découvrir plus facilement. Vous pouvez aussi m’aider financièrement à le développer en versant un euro par mois sur la plateforme tipeee https://www.tipeee.com/expat-heroes.

Vidéo BFM TV – Des français qui ont ouvert une maison d’hôtes à Rio en 2016 juste avant les J-O