Maintenir le niveau de français à son enfant, c’est une préoccupation majeure quand on est expatrié. Tout le monde ne peut pas mettre son enfant  dans une structure française à l’étranger, tout simplement parce que, parfois, ça n’existe pas. Moi, par exemple, mes enfants vont à l’école anglaise la journée (il n’y a pas de lycée français à proximité) et le samedi matin je les emmène dans une petite école française. On n’a pas non plus tous le même niveau d’exigence pour l’apprentissage du français… Même avec une école le samedi matin, moi j’ai choisi d’enseigner le français à mes enfants après l’école pour mieux les préparer au retour en France. Et j’ai choisi le cours Sainte-Anne. J’en suis très contente et je voulais vous partager ce bon plan en donnant la parole à sa directrice Marie-Amélie Assié. Si vous souhaitez maintenir le français de votre enfant grâce à un cours par correspondance, cet épisode va vous intéresser. Lumière sur le cours Sainte-Anne dans Expat Heroes!

CE QUE VOUS ALLEZ APPRENDRE:
  • Le cours Sainte-Anne a un programme condensé (du CE1 au CM2) particulièrement adapté aux familles expatriées;
  • Votre enfant peut commencer le cours Sainte-Anne dès la maternelle;
  • Votre enfant peut s’inscrire au cours Sainte-Anne n’importe quand dans l’année et à tout âge;
  • Comment réagir en cas de crise avec votre enfant quand vous faîtes l’école à la maison;
  • La scolarité à distance avec le cours Sainte-Anne sera reconnue par le système français si vous rentrez en France.
LIENS UTILES:

Le site web du cours Sainte-Anne: https://cours-sainteanne.fr/

Les programmes courts du cours Sainte-Anne sont particulièrement adaptés aux enfants expatriés (du CE1 au CM2): https://cours-sainteanne.fr/nos-cours/programme-court/

Cet épisode a été sponsorisé par le cours Sainte-Anne. Cristina recommande les programmes courts de CE1 et CE2 utilisés par son fils.

Vous avez peut-être déménagé récemment dans un nouveau pays ou vous allez bientôt vous installer à l’étranger. Vous savez qu’il vous faut apprendre cette nouvelle langue pour mieux vous adapter et vous intégrer.  Mais vous stressez à l’idée de vous exprimer dans une langue que vous ne connaissez pas… Dans cet épisode, Marion Gioda, coach en langues, nous partage ses secrets et ses astuces pour bien apprendre une nouvelle langue. Souvent, il s’agit d’un bloquage psychologique. On a peur d’être jugé, on a peur d’être incompris, on perd confiance en soi! Alors, comment reprendre confiance et être efficace dans l’apprentissage d’une langue. Marion Gioda nous en parle dans cet épisode!

VOUS ALLEZ APPRENDRE:
  • Comment reprendre confiance et être efficace dans l’apprentissage d’une langue;
  • Les erreurs à ne pas commettre quand on apprend une nouvelle langue;
  • Comment apprendre une langue qu’on n’aime pas;
  • Les clés pour réussir à apprendre une nouvelle langue efficacement;
  • Pourquoi les cours gratuits sont souvent décevants;
  • Les critères pour choisir le prof qui vous fera réussir.
LIENS UTILES:

le 29/10: Masterclass de Marion Gioda http://www.mariongioda.com/masterclass « comment garder votre motivation sur le long terme et prendre confiance en vous quand vous apprenez une langue ».
Inscrivez-vous même si vous n’êtes pas disponibles à cette date pour recevoir le replay par email!

Le site web de Marion Gioda: http://www.mariongioda.com

La méthode ASSIMIL: https://www.assimil.com/

Cet épisode a été sponsorisé par Marion Gioda, coach en langues et auteure du programme Language Boss.

Êtes-vous prêts pour le Brexit? Peut-être envisagez-vous une expatriation au Royaume-Uni, ou alors vous y êtes déjà? Mais comme moi,  vous n’avez pas encore fait les démarches pour y rester après le Brexit! Et vous commencez à vous inquiéter sur la suite des évènements et la conséquence sur vos droits. Nicolas Hatton, le fondateur du mouvement The 3million, qui défend les droits des citoyens européens face au Brexit, va nous aider à y voir plus clair et à nous préparer… au pire. 

PARTIE 1: réponses aux questions sur le Brexit jusqu’à 36:25.
PARTIE 2: l’histoire de l’association the the3million et de l’engagement de Nicolas Hatton.

VOUS ALLEZ APPRENDRE:
  • la différence entre settled status et pre settled status et comment l’obtenir
  • comment demander la nationalité britannique et combien ça coûte
  • est-ce qu’on peut craindre des discriminations sur l’accès à l’emploi ou aux soins de santé (y aura-t-il préférence nationale?)
  • la belle histoire de l’association the3million et les raisons de l’engagement de Nicolas Hatton
LIENS UTILES:

Citizens Advice bureau (pour des conseils sur votre demande): https://www.citizensadvice.org.uk/about-us/contact-us/

Association « Settled » de Nicolas Hatton (pour les personnes les plus vulnérables):

L’association the3million: https://www.the3million.org.uk/

Association « Hope not hate » (contre la haine suite au Brexit): https://www.hopenothate.org.uk/

L’avocat Cédric Rivière, cité par Nicolas, sur la question de la convention fiscale entre France et Royaume-Uni sur la double imposition: https://www.village-justice.com/articles/fiscalite-franco-britannique-des-revenus-des-personnes-physiques,24713.html

EU Londoners Hub (site Internet du maire de Londres): https://www.london.gov.uk/what-we-do/eu-londoners-hub

Facebook group: « forum of EU citizens » (modéré par the3million): https://www.facebook.com/groups/Forum4EUcitizens/

L’association British in Europe (pour les anglais en France ou ailleurs en Europe): https://britishineurope.org/

Cet épisode vous a plu ?  Cristina l’a réalisé bénévolement. Pour l’aider, laissez un avis 5 étoiles sur Apple Podcasts ou soutenez son développement en versant une somme mensuelle ou ponctuelle sur la plateforme tipeee https://www.tipeee.com/expat-heroes.

Crédit musical: should I stay or should I go now de the Clash.

Quand je rencontre des français installés à l’étranger et qu’on aborde le retour en France. J’ai différentes réactions. Pour certains, c’est pour bientôt, le contrat d’expat se termine. Le compte à rebours a commencé et on regarde déjà avec nostalgie les moments, les rencontres vécues à l’étranger. Pour d’autres, ce sera jamais, même s’il ne faut jamais dire jamais, la France est dans leur coeur, dans leur sang c’est clair, mais leur vie, leur moitié, ils l’ont choisi et c’est ailleurs. Quand la décision de revenir en France est prise, on s’attend à tout sauf à ce que ce soit si dur. Je l’ai vécu 2 fois, c’est compliqué de revenir en France et pas qu’au niveau administratif. Les psys parlent de choc culturel inversé. Les français de retour en France, les ex-expat, de nouvelle expatriation. Pourquoi c’est si dur de rentrer dans un pays qu’on a pourtant dans la peau. Pourquoi ça nous chamboule, ça questionne notre identité, celle de nos enfants. Un petit indice: on s’est transformés en partant. On est plus les mêmes à notre retour en France. Le retour en France, un défi d’expat, on en parle avec Marjorie Murphy, la créatrice de Ex-Expat Le Podcast.

Pour soutenir le podcast, RDV sur https://www.tipeee.com/expat-heroes.

CE QUE VOUS ALLEZ APPRENDRE

– Combien de français rentrent en France chaque année et pourquoi,
– Pourquoi c’est si difficile de rentrer,
– Qu’est-ce que le choc culturel inversé,
– Pourquoi les enfants de retour en France ne se sentent pas complètement français,
– Pourquoi les français de retour en France créent leur boîte.

LIENS

Plus de 90% des expats suiveurs sont des femmes et nous sommes nombreuses à être tentées par l’entrepreneuriat. L’expat a justement été pour Dominique et Sophie un catalyseur pour oser se lancer et devenir entrepreneures. Dominique Descamps et Sophie Bernardo Courtin ont fondé la plateforme l-start, une plateforme online pour les femmes qui souhaitent entreprendre avec des outils, des ressources et un réseau d’expertes. On est nombreuses à hésiter à se lancer dans l’entrepreneuriat, pourquoi? Et si l’expatriation était justement le moment pour vous lancer? Vous allez apprendre dans cet épisode à lever les barrières pour oser monter votre boîte, seule ou à deux, comme Dominique et Sophie l’ont fait. Oser entreprendre au féminin, c’est l’épisode 45 avec Dominique et Sophie de l-start.

Pour soutenir le podcast, RDV sur https://www.tipeee.com/expat-heroes.

CE QUE VOUS ALLEZ APPRENDRE

– La différence entre intuition et saboteur
– Que la réussite peut prendre différentes formes
– Pourquoi il ne faut pas attendre l’idée du siècle pour se lancer
– Pourquoi on ne doit pas se former sur tout quand on est entrepreneur
– Que l’expatriation est un catalyseur pour se lancer dans l’entrepreneuriat
– Les secrets de Sophie et Dominique pour entreprendre à deux sans prise de tête.

CITATIONS CLES

« Notre entourage ne pense pas qu’on en est pas capables, c’est juste qu’ils projètent leurs propres peurs sur nous ». Dominique
« Valider son idée ce n’est pas seulement faire une étude de marché, il faut que cette idée est du sens par rapport à qui l’on est ». Dominique
« Une bonne idée c’est aussi une idée pour lesquels les gens sont prêts à payer ». Dominique
« Ce n’est pas parce que ça fonctionne quelque part que ça fonctionnera dans le pays où on l’importe ».  Sophie
« Il est préférable de choisir quelques domaines dans lesquels on souhaite exceller, puis déléguer le reste à de vrais professionnels pour dégager du temps à développer son chiffre d’affaires ». Sophie
« La réussite n’est pas la même pour toutes. Pour certaines femmes ça va être d’être à 16h à la sortie de l’école pour voir leurs enfants grandir et avoir malgré tout une activité qui ait du sens pour elles et qui génère un minimum de revenus. Pour d’autres ça va être de construire le grand Google de demain. Ou alors pour d’autres, de s’engager sur des projets d’ordre sociétal ».  Sophie
« Quand on part en expat on se transforme. Quand on rentre en France on est transformé(e). Et on a plus envie de rentrer dans les cases qu’on était avant de partir. L’entrepreneuriat peut être un moyen de retrouver une normalité sans rentrer dans les cases ».  Sophie
« On a ce caractère indépendant en commun et cette envie de devoir nos réussites et nos échecs qu’à nous-mêmes ». Dominique
« L’expatriation a été un catalyseur pour nous pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Il n’y a jamais de bon moment pour se lancer: osez! » Dominique

LIENS

Le livre de Sophie Bernardo Courtin et Dominique Descamps: Femmes entrepreneures : Se lancer et réussir

La plateforme l-start: https://l-start.com

Romain Maugrain nous partage son expérience en Argentine, Bolivie et Ecuador. Quelles sont les différences culturelles avec la France ? Conseiller International à la CCI Normandie, Romain nous expliquera en 2ème partie, le fonctionnement du dispositif VIE (Volontariat International en Entreprise) et VIA (Volontariat International en Administration). Quelles sont les conditions d’éligibilité d’un contrat VIE ? Quels en sont les avantages ?

Pour soutenir le podcast, RDV sur https://www.tipeee.com/expat-heroes.

QUESTIONS

1. Dans quels pays as-tu eu la chance de travailler ? 1:33

2. Qu’est-ce que ces expériences t’ont apporté ? 1:45

3. En Licence, tu rencontres l’amour de ta vie, Darinka qui est bolivienne, à Clermont Ferrand. Tu pars en Argentine faire ton Master. Puis quand tu finis tes études à Montpellier, vous pensez à partir en Bolivie ensemble. Tu as trouvé du travail à distance mais tout ne se passe pas comme prévu…  2:55

4. Tu as vécu en immersion totale en Bolivie dans la famille de ton épouse. Quelles sont les différences culturelles que tu as relevées avec La France ? 5:14

5. Après la Bolivie, vous vous êtes dits: qu’est-ce qu’on fait ? Est-ce qu’on rentre en France ensemble ou on essaye un autre pays qui ne soit ni la France ni la Bolivie. Un pays « neutre » où vous seriez sur le même pied d’égalité. Finalement ça a été l’Equateur. Pourquoi ce choix ? 7:33

6. Tu connais donc bien ces quelques pays d’Amérique latine: L’Argentine, la Bolivie, et l’Equateur.  Comment se passent les relations au travail ? Quelles sont les erreurs à ne pas commettre en Amérique Latine ? 9:44

7. Quels sont les conseils que tu donnerais pour trouver un travail en Amérique Latine ? Parler l’espagnol ça va de soi. Est-ce que les CCI en France et à l’étranger peuvent aider les jeunes français dans leur recherche d’emploi ? 12:33

8. Aujourd’hui vous êtes en France. Ça n’a pas dû être une décision évidente. Entre la France et la Bolivie votre coeur a dû balancer. Comment avez-vous pris votre décision ? 14:06
 

PARTIE 2: DISPOSITIFS VIE ET VIA 15:25

1. Pourquoi les systèmes du VIE et VIA ont été mis en place ? En quoi ça consiste ? 15:48

2. Combien est-ce qu’il y a de VIE dans le monde ? 17:54

3. Est-ce qu’il y a des pays ou des secteurs plus demandeurs que d’autres ? 18:14

4. Comment ça se passe, on postule en ligne ? Quelles sont les différentes étapes avant le départ ? 18:52

5. Comment sont fixés les salaires ? Est-ce qu’il y a un salaire minimum en fonction des pays ? 22:10

6. Le logement peut-être difficile à trouver. Je pense notamment à l’Irlande ou à la Suède: on en parlait avec Karine dans l’épisode #18. Une fois que le candidat est retenu, est-ce qu’il est accompagné pour sa recherche de logement ? 23:55

7. Est-ce que les frais de voyage sont pris en charge ? 24:55

8. Est-ce qu’on a une couverture santé et est-ce que ça compte pour la retraite ? 25:34

9. Est-ce qu’on peut enchainer les contrats VIE comme on enchaine des CDD ? 26:55

10. Que deviennent les talents après un VIE ? 27:10
 

EXTRAITS

« Ça forge la caractère, ça développe des compétences inter culturelles, on est plus flexibles, on développe un réseau. »

« La place de la famille occupe une importance prédominante dans la vie et dans les affaires. »

« Le temps n’est pas forcément le même pour nous que pour eux. Eux appréhendent assez facilement l’incertitude. On ne sait pas de quoi demain sera fait donc on profite du moment présent. »

« En Amérique latine, tant dans la famille que dans les affaires, on a du mal à dire non. Le non n’est pas très bien vu. »

« La corruption est assez tabou en France. En Amérique Latine, on peut avoir à faire face à la corruption. Il faut y être préparé. »

« Il faut gagner la confiance personnelle de son interlocuteur. Le familial, le personnel et le professionnel sont assez rapidement mêlés. »

« Les structures hiérarchiques sont assez verticales à l’opposé des cultures nordiques. D’où l’intérêt d’identifier le bon interlocuteur qui a le pouvoir de décision pour ne pas perdre de temps. »

« Parler espagnol est important mais les gens sont assez tolérants. Même si l’espagnol n’est pas parfait, ce n’est pas un frein contrairement à la France. »

« Une mission professionnelle intéressante à l’étranger de 6 à 24 mois pour un jeune de 18 à 28 ans avec un niveau d’indemnité attractif et un niveau de responsabilité supérieur à ce qu’il pourrait avoir en France. »

« C’est un partenariat entre l’entreprise, Business France et le jeune. »

« Les avantages pour l’entreprise: la possibilité pour elle de tester un jeune cadre à potentiel en lui confiant une mission à l’étranger et d’accéder à des profils qu’elle aurait eu du mal à trouver seule.  »

« Le VIE est devenu un outil pour embaucher et tester des futurs cadres internationaux des entreprises. »

« Le statut public du volontaire exonère l’entreprise de tout lien contractuel (le jeune est placé sous la responsabilité de Business France) et de charges sociales en France. C’est un dispositif subventionné par les conseils régionaux.  »

« 68% des jeunes se voient proposer un contrat à l’issue de leur mission. »
 

LIENS

Trouver une offre d’emploi VIE ou VIA sur la plateforme Civiweb

Télécharger ou consulter le Guide du Volontaire

Télécharger le guide des bonnes pratiques du Volontaire

Cet épisode vous a plu ? La meilleure façon de soutenir le podcast est de laisser un avis 5 étoiles sur Apple Podcasts ça permettra à d’autres de le découvrir plus facilement. Vous pouvez aussi m’aider financièrement à le développer en versant un euro par mois sur la plateforme tipeee https://www.tipeee.com/expat-heroes.