Rémy Genet va nous aider à tomber le masque du cliché du cadre expat en costard cravate. Il a quitté son contrat doré pour publier son premier roman « dans le rouge » où il décrit avec humour, la descente aux enfers d’un cadre expatrié au bout du rouleau qui ne sait plus qui il est vraiment, et qu’est-ce qui fout en expat. Est-ce autobiographique? Inspiré de faits réels en tout cas, puisqu’à la naissance de son fils, Rémy a décidé de laisser tomber son poste de cadre pour devenir écrivain. Pourquoi a-t-il pris cette décision risquée? Comment ont réagi ses proches? Quel est son regard sur l’expatriation aujourd’hui? Pour ceux qui prévoiraient une expat à Lisbonne, Rémy nous donnera son retour sur son expérience.

Dans cet épisode vous apprendrez:
– pourquoi Rémy a décidé de quitter son poste de cadre expatrié pour devenir écrivain 
– si son livre est une critique du capitalisme à travers le burn-out
– pourquoi il y a de plus en plus d’étrangers à Lisbonne malgré la galère pour trouver un logement.

LIENS:
« Dans le rouge » Le livre de Rémy Genet sur Amazon (du burn-out à la quête de sens: hallucinations et démission d’un cadre supérieur)

Cet épisode vous a plu ? Laissez un avis 5 étoiles sur Apple Podcasts ou soutenez son développement en versant une somme mensuelle ou ponctuelle sur la plateforme tipeee https://www.tipeee.com/expat-heroes.

Mieux que plus belle la vie, cette série que j’ai consacré à cette jeune suisse de 30 ans, nous plonge dans son coeur et dans sa tête. Jenny m’avait écrit un email intitulé expat en plein flippe. Je lui avais proposé de la suivre dans cette expat à Hong Kong. Dans les épisodes précédents, elle nous a partagé son euphorie, ses doutes et ses espoirs. Ce 5ème épisode est un vrai happy end! La persévérance, la patience et l’énergie de Jenny ont aujourd’hui payé. Découvrez toutes les raisons pour lesquelles vous devez vous accrocher en expat. La roue tourne. Si vous galérez à trouver un job, cet épisode va vous rebooster. Si vous avez peur de vous lancer dans une expat, comme Jenny il y a quelques mois, gardez en tête que ça vaut le coup, vous en sortirez grandis.

Dans cet épisode vous apprendrez:
– comment Jenny a fait pour trouver du travail à Hong Kong en 6 mois
– comment elle s’est débrouillée avec son visa
– les super pouvoirs qu’elle a développés en expat

… de quoi vous projeter dans votre future expatriation, ou trouver des ressemblances avec votre ressenti à l’étranger!

Quand je rencontre des français installés à l’étranger et qu’on aborde le retour en France. J’ai différentes réactions. Pour certains, c’est pour bientôt, le contrat d’expat se termine. Le compte à rebours a commencé et on regarde déjà avec nostalgie les moments, les rencontres vécues à l’étranger. Pour d’autres, ce sera jamais, même s’il ne faut jamais dire jamais, la France est dans leur coeur, dans leur sang c’est clair, mais leur vie, leur moitié, ils l’ont choisi et c’est ailleurs. Quand la décision de revenir en France est prise, on s’attend à tout sauf à ce que ce soit si dur. Je l’ai vécu 2 fois, c’est compliqué de revenir en France et pas qu’au niveau administratif. Les psys parlent de choc culturel inversé. Les français de retour en France, les ex-expat, de nouvelle expatriation. Pourquoi c’est si dur de rentrer dans un pays qu’on a pourtant dans la peau. Pourquoi ça nous chamboule, ça questionne notre identité, celle de nos enfants. Un petit indice: on s’est transformés en partant. On est plus les mêmes à notre retour en France. Le retour en France, un défi d’expat, on en parle avec Marjorie Murphy, la créatrice de Ex-Expat Le Podcast.

Pour soutenir le podcast, RDV sur https://www.tipeee.com/expat-heroes.

CE QUE VOUS ALLEZ APPRENDRE

– Combien de français rentrent en France chaque année et pourquoi,
– Pourquoi c’est si difficile de rentrer,
– Qu’est-ce que le choc culturel inversé,
– Pourquoi les enfants de retour en France ne se sentent pas complètement français,
– Pourquoi les français de retour en France créent leur boîte.

LIENS

Je vous emmène à Mayotte à la rencontre de Elise Cantelé. J’entends cette petite voix dans votre tête qui dit: ben Mayotte c’est la France non? Oui Mayotte est un département français d’outre Mer suite à un referendum en mars 2009. Pourtant, ça reste un défi de partir en expat à Mayotte. Surtout si, comme Elise, on crée une coopérative laitière. Elise nous raconte ce challenge professionnel, l’importance du lait dans la culture de Mayotte et pourquoi elle est tombée amoureuse de cette île, malgré la pauvreté et l’insécurité à l’abord des grandes villes.

Pour soutenir le podcast, RDV sur https://www.tipeee.com/expat-heroes.

CE QUE VOUS ALLEZ APPRENDRE

– Pourquoi c’est un défi d’ouvrir une coopérative laitière à Mayotte,
– Pourquoi on ne trouve pas du lait « made in Mayotte » dans les supermarchés,
– Les coups de coeur de Elise à Mayotte,
– Des conseils pour s’installer à Mayotte.

LIENS
La page Facebook de la coopérative laitière: https://www.facebook.com/Uzuri-Wa-Dzia-626229907738011/

Direction Auckland en Nouvelle Zélande à la rencontre de Claire Bisson. Claire est une grande voyageuse et pourtant elle a décidé de poser ses valises à l’autre bout du monde. Elle s’est passionnée pour cette nouvelle culture et en particulier pour la culture Maori. On connaît tous la Nouvelle Zélande pour son haka. C’est bien plus que ça. Vous apprendrez que la culture Maori est étonnamment source de conflits identitaires et sociaux en Nouvelle Zélande. En 2ème partie on abordera les aspects plus pratiques d’une expatriation en Nouvelle Zélande. Sans oublier une série de questions vrai/faux loin des clichés!

Pour soutenir le podcast, RDV sur https://www.tipeee.com/expat-heroes.

CE QUE VOUS ALLEZ APPRENDRE

– Les 5 piliers de la culture maori,
– Dans quelles conditions arriver en Nouvelle Zélande
– Le meilleur moment pour s’installer à Auckland
– Le vrai du faux sur la Nouvelle Zélande

LIENS
Le blog de Claire: http://bornestobewild.fr
La formation de Cristina pour créer son podcast: http://bit.ly/2N4oYwh
L’atelier l-start du 19 mars animé par Cristina: http://bit.ly/2Snt17T

Plus de 90% des expats suiveurs sont des femmes et nous sommes nombreuses à être tentées par l’entrepreneuriat. L’expat a justement été pour Dominique et Sophie un catalyseur pour oser se lancer et devenir entrepreneures. Dominique Descamps et Sophie Bernardo Courtin ont fondé la plateforme l-start, une plateforme online pour les femmes qui souhaitent entreprendre avec des outils, des ressources et un réseau d’expertes. On est nombreuses à hésiter à se lancer dans l’entrepreneuriat, pourquoi? Et si l’expatriation était justement le moment pour vous lancer? Vous allez apprendre dans cet épisode à lever les barrières pour oser monter votre boîte, seule ou à deux, comme Dominique et Sophie l’ont fait. Oser entreprendre au féminin, c’est l’épisode 45 avec Dominique et Sophie de l-start.

Pour soutenir le podcast, RDV sur https://www.tipeee.com/expat-heroes.

CE QUE VOUS ALLEZ APPRENDRE

– La différence entre intuition et saboteur
– Que la réussite peut prendre différentes formes
– Pourquoi il ne faut pas attendre l’idée du siècle pour se lancer
– Pourquoi on ne doit pas se former sur tout quand on est entrepreneur
– Que l’expatriation est un catalyseur pour se lancer dans l’entrepreneuriat
– Les secrets de Sophie et Dominique pour entreprendre à deux sans prise de tête.

CITATIONS CLES

« Notre entourage ne pense pas qu’on en est pas capables, c’est juste qu’ils projètent leurs propres peurs sur nous ». Dominique
« Valider son idée ce n’est pas seulement faire une étude de marché, il faut que cette idée est du sens par rapport à qui l’on est ». Dominique
« Une bonne idée c’est aussi une idée pour lesquels les gens sont prêts à payer ». Dominique
« Ce n’est pas parce que ça fonctionne quelque part que ça fonctionnera dans le pays où on l’importe ».  Sophie
« Il est préférable de choisir quelques domaines dans lesquels on souhaite exceller, puis déléguer le reste à de vrais professionnels pour dégager du temps à développer son chiffre d’affaires ». Sophie
« La réussite n’est pas la même pour toutes. Pour certaines femmes ça va être d’être à 16h à la sortie de l’école pour voir leurs enfants grandir et avoir malgré tout une activité qui ait du sens pour elles et qui génère un minimum de revenus. Pour d’autres ça va être de construire le grand Google de demain. Ou alors pour d’autres, de s’engager sur des projets d’ordre sociétal ».  Sophie
« Quand on part en expat on se transforme. Quand on rentre en France on est transformé(e). Et on a plus envie de rentrer dans les cases qu’on était avant de partir. L’entrepreneuriat peut être un moyen de retrouver une normalité sans rentrer dans les cases ».  Sophie
« On a ce caractère indépendant en commun et cette envie de devoir nos réussites et nos échecs qu’à nous-mêmes ». Dominique
« L’expatriation a été un catalyseur pour nous pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Il n’y a jamais de bon moment pour se lancer: osez! » Dominique

LIENS

Le livre de Sophie Bernardo Courtin et Dominique Descamps: Femmes entrepreneures : Se lancer et réussir

La plateforme l-start: https://l-start.com