Sandie Guitart est arrivée en Birmanie il y a 4 ans. Paloma Yaya c’est le nom de sa marque de vêtements éco-responsable qu’elle a créé à Rangoun. Son secret: oublier les études de marché et se concentrer sur les savoirs-faire du tissage birman. Comment a-t-elle sélectionné ses artisans et dépassé les différences culturelles ? Sandie nous déroule le fil de son aventure birmane qui l’a mené à créer sa marque de vêtements éco-responsable.

Pour soutenir le podcast, RDV sur https://www.tipeee.com/expat-heroes.

 

QUESTIONS

1. Pourquoi la Birmanie ? 01:01

2. Comment t’es venue l’idée de créer ta marque de vêtements ? 02:34

3. Que signifie Paloma Ya Ya ? 02:46

4. Comment t’es venue l’idée de créer ta marque de vêtements ? 03:20

5. Quelles ont été les étapes de ton projet ? 04:09

6. Quand tu est arrivée en 2014, tu ne connaissais personne et surtout tu ne pouvais pas trouver les ateliers de confection et les couturières sur Google ! Comment as-tu fait ? Comment se passe la collaboration avec les artisans, est-ce que la langue a été un frein au départ ? 05:59

7. Qu’est ce qui différencie le processus de production d’un vêtement dans l’industrie de la mode d’un vêtement de ta marque Paloma Ya Ya ? 09:51

8. Quelles difficultés as-tu rencontré ? 14:10

9. Qu’est-ce que ton entreprise apporte aux habitants de Rangoun ? 15:50

10. A quel type de clientèle vends-tu tes créations ? 19:31

11. Au bout d’un an et demi tu commençais à vendre tes premiers articles. Avec le recul qu’est-ce qui te rend la plus fière ? 20:01

12. Comment envisages-tu l’avenir de ta marque et ton avenir tout court… souhaites-tu rentrer à Paris un jour ? 23:49
 

CE QUE VOUS ALLEZ APPRENDRE

Comment Sandie a créé sa marque de vêtements.

Comment Sandie a sélectionné ses artisans et travaillé avec eux malgré la barrière culture.

En quoi sa marque est éco-responsable.

Sa vision de l’entreprenariat.

En quoi sa marque de vêtements contribue à préserver, à valoriser et à développer le savoir-faire local birman.

Ce qui la rend la plus fière.
 

CITATIONS CLÉS

La barrière culturelle est bien plus importante que la barrière de la langue.

C’est parfois pas simplement les ateliers qui ont des mauvaises façons de travailler, c’est parfois nous qui avons des mauvaises façons de communiquer.

Je pars toujours du tissu au produit et jamais je ne pars du marché pour arriver au produit.

Les gens d’ici m’ont apporté bien plus que ce que je leur ai apporté.

Souvent ils préfèrent porter des cailloux que tisser ! Donc valoriser des savoir-faire textiles, ça passe par quoi ? Par la rémunération !

J’ai pas cherché à plaire et j’y suis arrivée !

 

LIENS

Site Web de la marque de Sandie PALOMA YAYA: https://palomayaya.com

Cet épisode vous a plu ? La meilleure façon de soutenir le podcast est de laisser un avis 5 étoiles sur Apple Podcasts ça permettra à d’autres de le découvrir plus facilement.Vous pouvez aussi m’aider financièrement à le développer en versant un euro par mois sur la plateforme tipeee https://www.tipeee.com/expat-heroes.