Vous souhaitez que vos enfants continuent à apprendre le français mais sans la contrainte des cours par correspondance… eh bien créez une école. Bah oui, pourquoi pas ? C’est ce projet qu’a mené Emilie Gessen. Emilie a lancé la petite école de Marianne en septembre 2016 dans le Warwickshire au Royaume-Uni. Mais ne lui dîtes surtout pas qu’elle a monté ça toute seule ! C’est pour elle avant tout un travail d’équipe. Comment l’équipe a-t-elle fait pour monter cette école ? Emilie, la directrice de l’école de Marianne, nous explique tout !

Pour soutenir le podcast, RDV sur https://www.tipeee.com/expat-heroes.

 

QUESTIONS:

• Comment est née l’idée de monter une école française ? [01:10]
• Quand la décision de monter une école est prise, par où commencer ? [03:27]
• Est-ce que l’état français donne des financements pour monter une école à l’étranger ? Quels sont les rôles du parapluie FLAM, de l’AEFE ? [05:01]
• Quelles sont les obligations pour une association (charity) au Royaume-Uni ? [07:46]
• Un travail d’équipe avant tout ! [09:14]
• Comment l’école est-elle organisée ? [10:14]
• D’où peuvent bien venir donc les livres de la bibliothèque ? Réponse au mystère [11:39]
• L’organisation de l’équipe [13:05]
• Avec le recul qu’est-ce qui a été le plus facile / le plus difficile ? [14:26]
• Quels conseils tu donnerais à une personne qui veut monter une école français à l’étranger ? [16:13]
• Les projets de l’école de Marianne pour le futur ? [17:24]
• Qu’en pensent les enfants ? Charlotte en classe de CE et Rose en classe de CP [18:33]
 

CITATIONS :

« J’ai recruté dans mes amies les mamans qui avaient du temps à donner et surtout de l’énergie à revendre. On était six pour commencer le projet . On est parties d’une feuille blanche et on a travaillé ensemble pour monter l’école. »

« On a la chance en Angleterre d’avoir un réseau FLAM (Français Langue maternelle) avec une quarantaine d’écoles comme la nôtre qui sont chapeautées par une association le parapluie FLAM, Le parapluie FLAM aide beaucoup d’écoles comme la nôtre à se monter en nous donnant beaucoup de conseils et en étant un point de rencontre pour toutes les écoles d’Angleterre avec les journées parapluie FLAM. »

« Le parapluie FLAM ne nous fournit pas de fonds mais nous met en relation avec l’AEFE (l’agence pour l’enseignement du Français à l’Etranger) qui a des subventions pour les écoles françaises comme la nôtre qui nous soutient financièrement. »

« Les subventions ne doivent servir qu’aux investissements matériels mais ne couvrent pas les frais de fonctionnement (la location des salles, les salaires des enseignants…). C’est pour ça qu’on est obligés de faire payer les parents pour avoir une contribution pour les frais de fonctionnement. »

« Les subventions ne vont pas durer éternellement, donc on continuera à lever des fonds (vente de gâteaux…) car on ne veut pas que les frais soient trop élevés pour les parents. »

« On voulait que ce soit une association à but non lucratif. D’une part on a plus facilement de soutien de la part des écoles qui acceptent de nous louer leurs locaux car on est au bénéfice de la communauté, on est pas là pour faire de l’argent. Si on a du surplus, on le réinvestit dans l’école. En angleterre tout est possible, je connais des écoles FLAM qui sont privées. Nous on est bénévoles, pour baisser le coût de l’école pour les parents. »

« On doit déposer nos comptes à la Charity Commission tous les ans pour prouver qu’on est une Charity. ça nous permet aussi d’être exempte de taxes. »

« C’était un gros travail d’équipe on était toutes les 6 à se voir toutes les semaines pendant un an. »

« L’apprentissage de la lecture se fait pas sans livres. C’est pas 2h30 de classe par semaine qui vont apprendre à nos enfants à lire le français couramment. Donc on s’était dit il faut absolument qu’ils repartent tous les samedis matins avec des livres.  »

« On a une subvention de la réserve parlementaire qui nous a été octroyée par un député des français de l’étranger. »

« C’était difficile mais c’était pas insurmontable ! »

« De revoir nos critères en élargissant à des enseignants qui n’avaient pas enseigné en France, ou des personnes très motivées qui avaient déjà enseigné dans des écoles FLAM, ça nous a permis d’avoir des superbes surprises, on a des enseignants qui sont super, capables d’enseigner le programme de l’éducation française à nos enfants ».

« Le 1er conseil c’est d’être entouré, on ne peut pas faire ça tout seul ! »

« Ne pas hésiter de se renseigner auprès des réseaux FLAM: d’avoir le retour sur expériences d’aurtres structures, ça aide énormément et ça fait gagner du temps. »

 

LIENS:

http://www.petiteecoledemarianne.org.uk
http://www.aefe.fr
http://www.parapluieflam.org

 

Cet épisode vous a plu ? La meilleure façon de soutenir le podcast est de laisser un avis 5 étoiles sur Apple Podcasts ça permettra à d’autres de le découvrir plus facilement. Vous pouvez aussi m’aider financièrement à le développer en versant un euro par mois sur la plateforme tipeee https://www.tipeee.com/expat-heroes.

Caroline Gaujour a vécu en l’étranger au Mexique, aux Etats-Unis et aujourd’hui elle vit en Turquie à Istanbul. Elle a toujours réussi à travailler en contrat local dans son pays d’adoption. Mais en Turquie, ne n’était pas possible pour elle. Elle a alors décidé de se réinventer et de réaliser un rêve de petite fille: créer un roman graphique. Caro nous raconte cette aventure et nous plonge dans sa vie à Istanbul.

Continue reading

A force d’audace et de persévérance, Charlie est devenu photographe de mode à l’international. Il nous emmène dans l’univers de la mode et nous livre sa vision de l’expatriation avec comme point de départ Madrid. 

Continue reading

Marine et son mari ont fait le choix assez rapidement d’une vie d’expatriés. Pour Marine, ce n’est pas un renoncement de sa carrière mais un choix de vie pour sa famille. Marine nous parle du choc culturel russe et nous donne plein de conseils pour bien s’installer à Moscou.

Pour soutenir le podcast, RDV sur https://www.tipeee.com/expat-heroes.

 

NOTES:

• Pourquoi avoir repris des études ?
• Marine a réussi à retravailler mais difficilement
• 2 carrières à l’international en même temps ?!
• Ne pas culpabiliser de ne pas trouver à temps
• Entre les Pays-Bas, l’Angleterre et la Suède, un pays préféré ?
• L’image forte de l’arrivée de Marine en Russie
• Apprendre le russe avant de venir en Russie !
• Les associations qui peuvent aider les nouveaux arrivants à Moscou
• Les quartiers où vivre à Moscou
• Conduire à Moscou ?!
• Les femmes russes sont si belles que ça ?!
• Les russes adorent la France !

 

CITATIONS:

Pourquoi pas 2 carrières en expatriation ?

« Avoir 2 carrières épanouissantes dans une entreprise internationale et voyager comme on le voulait ça allait être très très compliqué »

« A chaque fois j’ai commencé à me dire que les projets ne pouvaient peut-être pas toujours aboutir au moment idéal et qu’il allait falloir être très très flexible ou en tout cas dans le couple il allait falloir une personne flexible pour continuer ce style de vie. »

« Ne pas penser qu’on est le problème et qu’on est pas compétentes. »

Choc culturel russe n°1: la langue !

« L’image forte c’est l’alphabet cyrillique. L’image forte c’est arriver dans un pays où tu ne comprends rien ! »

« Etonnamment les gens à Moscou parlent très très mal anglais alors que les gens à St Petersbourg qui est une ville très touristique parlent très bien anglais. »

« C’est vraiment se rendre service que de vouloir apprendre les bases ou d’avoir des notions [de russe] surtout quand on est la personne qui va s’occuper du quotidien. »

Une adaptation facilitée par la communauté d’expats déjà installée

« Les agences de relocation ici sont très performantes. Elles font partie des agences qui nous ont le mieux accueillies. »

« La communauté française est très développée ici. Il y a un très gros lycée français. L ‘association s’appelle Moscou Accueil. Grosse association très très bien organisée à Moscou avec un site internet très bien fait. je crois qu’il y a des hôtesses par quartier dans Moscou qui peuvent accueillir les personnes qui arrivent. »

Choc culturel russe n°2: la conduite

« Ce qui est très important à Moscou comme c’est une ville énorme, c’est de repérer le triangle école, travail, maison. A Moscou on se déplace très mal, il y a des embouteillages non stop. Donc il faut vraiment que dans la décision il y ait ce parcours – là. »

« Aussi important c’est: est-ce que la personne va conduire à Moscou (…). La conduite ici est quand même très particulière tellement que certaines sociétés interdisent à leurs expatriés de conduire. Surtout les américains. Beaucoup de gens ont des chauffeurs. »

 

LIENS:

International Women’s Club Association: http://www.iwcmoscow.ru
The British Women’s Club: https://bwcmoscow.com
Las Damas Latinas: http://www.damaslatinas.ru
Moscou Accueil: https://moskva-accueil.com
Lycée français de Moscou: http://lfm.ru/fr/

Blog en Français sur la Russie: http://www.globetrotterka.com

Guide du Routard Moscou 2017/18

 

Cet épisode vous a plu ? La meilleure façon de soutenir le podcast est de laisser un avis 5 étoiles sur Apple Podcasts ça permettra à d’autres de le découvrir plus facilement. Vous pouvez aussi m’aider financièrement à le développer en versant un euro par mois sur la plateforme tipeee https://www.tipeee.com/expat-heroes.

J’ai enregistré cet épisode d’introduction pour te présenter le podcast Expat Heroes. Pourquoi ce podcast ? Pourquoi UN podcast tout court ? Que vas-tu y trouver ? Les réponses en écoutant cet épisode ou en lisant la retranscription ci-dessous.

Continue reading