L’expat cliché: bas les masques !

15/02/2017

Voici une réflexion sur le cliché lié au mot « expat ». On est juste des gens qui se réalisent à l’étranger, et c’est pas simple !

Yes we can !

J’aime pas les étiquettes. J’aime pas quand on essaie de nous mettre dans des cases. On nous colle l’étiquette d’Expat. Qu’est-ce que ça veut dire ?! On vit à l’étranger pour une durée plus ou moins déterminée. Point. Et c’est un point que nous avons tous en commun, français de l’étranger comme on nous appelle, quelque soit notre statut. Mais attention ! Qu’on ne s’avise pas de nous mettre dans la case « dorée ».

Non, on ne passe pas notre temps à se la couler douce à la piscine, ou au golf. On a pris des risques, on en passe des étapes pour se créer son nouveau chez soi à l’étranger. Comment ça on a plus le droit de se plaindre ?

Bah oui le retour à la case départ est possible pour nous aussi. On a peur des fois. Alors on kiffe. On en profite chaque jour parce qu’on est conscient que notre vie à l’étranger peut s’arrêter plus tôt que prévu car on ne maîtrise pas toutes les variables même si on a choisi de partir. On s’adapte, on ose et on se réalise !

Bah les masques !

Quand on rentre en France on nous prend pour des super héros ou des créatures de science-fiction. Au choix. Loin des clichés de l’expat, on retire ce masque qu’il veulent nous imposer et on leur dit: « Regarde qui je suis ! Inspirant, non ? « .

Dis moi comment tu te débrouilles à l’étranger et je te dirai qui tu es.

Et puis on leur montre le masque qui s’est imposé à nous… Heroes nous sommes devenus à force de surmonter les obstacles en dehors de notre zone de confort ! Parler la langue du pays, trouver un job qui nous plait, inscrire les enfants à l’école, etc… sans s’oublier soi-même. S’adapter d’abord to feel like home, se réaliser ensuite to feel accomplished. Sans oublier non plus qui l’on est. On leur dit aussi à la manière de Dalida: non je n’ai pas changé. J’évolue.

« Si c’était à refaire je le referais »

Ce à quoi on rétorque à l’expat: moi je pourrais pas, tu comprends j’ai un CDI, un appart’, un crédit, des mômes, etc… – Euh… bah moi aussi ?! Tenter l’aventure à l’étranger demande du courage et de la préparation.

« Si c’était à refaire je le referai. » Tous ceux qui ont vécu à l’étranger ont prononcé cette phrase. Parce que, l’expatriation est souvent bénéfique au niveau personnel, on en sort grandi, plus fort, tant au niveau de l’ouverture d’esprit que de l’accomplissement personnel. Et surtout, malgré les obstacles et les doutes, nous gardons en ligne de mire ce que nous voulons vraiment sans renier qui nous sommes et d’où nous venons même si notre identité évolue (faut bien s’intégrer ! ). Tiens ça me rappelle le film Lost in Translation:

RDV sur le podcast Expat Heroes pour retrouver des témoignages inspirants de vrais gens qui vivent à l’étranger, et qui montrent à quel point ça les a fait grandir !

Comments are closed.

Expat Heroes © 2017
%d blogueurs aiment cette page :