L’amitié en expatriation: le tri du coeur

10/05/2017

Oui en expatriation, on fait un grand tri niveau amitié. Et au final, le choix qui en découle est un véritable cri du coeur, c’est le coeur qui choisit. Mais parfois, il s’impose à nous entre désillusion et fatalité.

Sans doute, lors de soirées entre expats, avez-vous aussi entendu dire « En fait tu choisis pas vraiment tes amis en expatriation parce que tu dois être en bons termes avec tout le monde, tu peux pas vraiment choisir, tu sais jamais de qui tu peux avoir besoin. » GLURP. Après plusieurs verres d’alcool – la contenance variant en fonction du pays – je dis tout haut (en pensant l’avoir seulement pensé très fort) « Euh, nous n’avons pas les mêmes valeurs. »


Bah oui, j’ai peut-être trop abusé de la série Hélène et les garçons, étant adolescente (oui, ok d’accord je suis une jeune expat…) mais pour moi, l’amitié c’est sacré. Ça s’écrit avec un grand A.

Etre polie avec tout le monde, bien entendu mais de là, à jouer la comédie de l’amitié en échange de possibles services entre expatriés, très peu pour moi. Il y a des gens avec qui on a des coups de foudre amicaux et d’autres relations qui ont besoin de temps et d’investissement pour se construire. Sauf que, dans le contexte particulier d’une expatriation à durée déterminée, eh bien le temps est limité.

L’amitié entre expatriés francophones

Le niveau des relations est assez superficiel ou alors carrément bizarrement rapidement fusionnel du fait du nid d’expatriés francophones qui se crée à l’étranger et de l’éloignement avec son pays et son cocon d’origine. Alors, le coeur fait le tri et les preuves d’amitié jouent les arbitres dans ce choix. Parfois, les désillusions s’invitent alors qu’on ne les avaient même pas vues venir. Inconsciemment parfois, chacun évite de s’investir dans une relation pour se protéger. Car l’un ou l’autre va tôt ou tard devoir partir et les adieux seront douloureux pour tout le monde. Mais quelquefois, le coup de coeur est tellement fort qu’il donne naissance à une amitié avec un grand A. C’est plutôt rare mais possible si on reste au moins 3 ans.

L’amitié avec les locaux

Cela dépend de la nationalité du pays où on se trouve, de sa faculté d’adaptation et d’intégration à la langue et à la culture du pays, je pense. Mais surtout de combien de temps on va rester dans le pays. Je vis actuellement dans la campagne anglaise. Mes enfants vont à l’école publique anglaise et je côtoie tous les jours des mamans British. Quand vient le temps des soirées pour faire connaissance, la première chose que l’on me demande c’est « combien de temps » je vais rester au Royaume-Uni. Cette question apparemment banale et assez polie a une toute autre résonance chez moi; puisque je sais que je vais probablement repartir dans quelques années… En disant que je vais rester, peut-être que mon interlocutrice sera plus enclin à s’investir dans une relation amicale ? Je leur dis la vérité et j’espère que le coup de coeur se produira… Du coup, j’envie d’une certaine manière, celles et ceux qui sont en contrat local, partis pour rester, qui parviennent sans trop de mal à construire des relations amicales solides, facilitées en plus par sa moitié qui a la nationalité du pays.

Et les amis restés en France ?

Je vis actuellement ma 3ème expatriation. Et après ma 1ère expatriation, le tri s’est fait tout seul. Si vous êtes en France, que vous avez plein d’amis, et que vous avez besoin de faire le tri dans vos relations, surtout n’hésitez pas, partez en expatriation ! Le tri se fait tout seul. Ceux qui gardent le contact avec vous, qui daignent vous rendre visite, se comptent sur les doigts d’une main (y compris la famille – oups voilà c’est dit). Eh bien, ceux-la SONT vos VRAIS amis. De même quand vous revenez en France, victimes de la réorganisation de votre entreprise et que vous demandez une mise en relation pour un job ou un hébergement d’une nuit : là aussi vous comprenez très vite quels sont vos VRAIS amis ceux qui sur QUI vous pouvez vraiment compter.

Je dédie cet article à mes 2 amies : Marion D que j’ai rencontré en suède, qui a toujours été là pour moi et Marion P qui m’a accueilli avec mon fils pour son test dans une école internationale. Et si tu t’appelles Marion, il y a statistiquement des chances pour que nous nous entendions bien, contacte-moi !

Comments are closed.

Expat Heroes © 2017
%d blogueurs aiment cette page :