[00:00:21] Pour ce mois d’août, je vous propose une série d’épisodes pour faciliter votre atterrissage dans un nouveau pays d’accueil. C’est déjà le dernier épisode hors série. Cette fois ci, je vous explique pourquoi entreprendre a radicalement changé ma vie d’expatriés. 

Difficile de trouver un poste à l’étranger, marre de démissionner à chaque expat

[00:00:40] Ça ne vous aura pas échappé, l’entrepreneuriat a vraiment le vent en poupe. On a l’impression que tout le monde autour de nous devient entrepreneur. Ce n’est pas forcément une route à suivre et ça ne correspond surtout pas à tout le monde. Naturellement, quand on suit son conjoint à l’étranger, on va avoir le réflexe de retrouver un travail. Mais en fonction du pays d’accueil, ça va être plus ou moins difficile. Et il est vraiment rare pour les personnes qui suivent de retrouver un poste à la hauteur de ce qu’ils avaient pu avoir en France, en Belgique ou en Suisse. Donc, il est important d’en avoir conscience parce que on peut avoir vraiment de grandes désillusions par rapport à ça. Moi, quand j’étais en Suède, je n’avais qu’une chose en tête, c’était retrouver du travail. Sauf que même si je parlais français, espagnol, portugais pour le marché suédois, ça n’avait pas vraiment d’importance. Je me disais que si je parlais anglais, j’allais retrouver du travail parce que tout le monde parlait anglais et c’était faux. Ce qui importait, c’était de parler suédois, c’est à dire entre deux candidats, l’un qui parlait suédois et bien sûr anglais, et moi qui parlait français, espagnol, portugais, mais pas très bien suédois. Le choix était vite fait, surtout dans mon domaine qui était la communication. Et j’ai mis deux ans, à finalement retrouver un poste, mais qui n’était pas du tout à mon niveau -au niveau que j’avais en France- avec une paye bien inférieure. Et puis, au final, que je n’ai pas pu honorer parce que on est partis. 

L’entrepreneuriat: la solution pour s’offrir une carrière nomade

[00:02:24] Et j’ai rencontré des conjoints suiveurs qui, face à ces désillusions-là, se sont tournés vers l’entrepreneuriat aussi pour reprendre le contrôle sur leur vie. Avoir un équilibre entre vie privée et vie pro. Et surtout, arrêter de démissionner à chaque expatriation. Quand on change de pays, ça demande beaucoup d’énergie pour installer la famille, pour se réadapter soi même et se remettre dans une recherche d’emploi. C’est vraiment très laborieux et il suffit que vous partiez tous les 2/3 ans. C’est encore plus douloureux d’avoir à quitter un job qu’on aimait pour tout reconstruire ailleurs, avec un sentiment de repartir à zéro à chaque fois. Donc, l’entrepreneuriat pour l’expat suiveur, surtout les personnes qui s’expatrient en sachant que ce sera pour une durée déterminée et qui ensuite repartiront ailleurs. Pour ces personnes là, l’entrepreneuriat, c’est vraiment la solution, surtout quand on a des enfants. Moi, c’est vrai que ça a complètement changé ma vie d’expat suiveur d’entreprendre à l’étranger. Alors je ne vous parle pas d’entreprendre, de lancer un produit et de gagner des milliards. Il s’agit d’entreprendre au sens propre du terme, c’est à dire d’avoir un projet à soi. J’ai pris conscience de ça lors de ma troisième expatriation en Angleterre, où là, je me suis dit bon, ça va être compliqué. Si je prenais le temps de faire un projet qui me tient à cœur. Et tadam! le podcast Expat Heroes est né. J’avais géré un podcast d’entreprise en interne pour un laboratoire pharmaceutique et je me suis dit ça n’existe pas un podcast pour l’expatriation. Donc chiche! Allez, je le crée. Et donc, j’ai créé le podcast Expat Heroes, qui va fêter ses 5 ans en février 2022. 

Donner du sens à son expatriation

[00:04:22] Et vraiment ça a changé ma vie, alors pourquoi? D’abord, au niveau confiance en moi de me dire que étape par étape, j’arrivais à franchir les obstacles, à construire quelque chose qui était à moi, qui venait de moi, quelque chose d’unique, quelque chose qui n’existait pas. Et pour la confiance en soi, ça fait du bien. Parce que quand on quitte son boulot en France, ses collègues pour aller à l’étranger, même si ce choix est souhaité, on a quand même toujours un petit arrière goût amer, un petit sentiment de sacrifice, et ça peut rejaillir à certains moments dans les phases de down de l’expatriation où on s’adapte ou c’est difficile ou tout est compliqué. On comprend pas ce qu’on nous raconte dans ce moments-là. Mais qu’est ce que je fais là? Qu’est ce qu’on fait là? Pourquoi? D’où l’importance vraiment de définir dans votre projet familial pourquoi vous avez pris aussi la décision de vous expatrier. Ça, c’est hyper important que vous soyez en phase et que ce sentiment, le fait de dire “je suis” NON, ce n’est pas VOUS suivez, c’est “vous avez décidé aussi de partir”. Vous avez envie aussi d’en faire votre aventure à vous. Donc, qu’est ce que vous allez faire? Retrouver du travail ou pas? Choisir d’entreprendre? Mais dans quoi? Et là, il y a des moyens pour vous aider à choisir quoi entreprendre. Moi, c’était tout trouvé. C’était le podcast, mais il y avait encore quelque chose qui me manquait. J’avais envie aussi de gagner de l’argent. Donc ce que j’ai fait, j’ai monté une formation qui s’appelle Let’s Podcast pour permettre à d’autres entrepreneurs, notamment, de créer leur propre podcast pour donner une voix à leur activité ou à leur passion. 

Les coachs, ce n’est pas que du blabla!

[00:06:22] Et ce projet là, il y a une coach qui m’a permis de l’assumer, de le faire sortir et de le gérer. Il y a plein plein de coachs sur le marché. Je prends le parti de ne pas recommander l’un plus qu’une autre. À vous de faire votre recherche pour trouver le ou la coach qui va vous aider. Et peut être que vous n’avez pas besoin d’être coachés. Y a aussi une grande mode des coachs. Moi, je vous avoue que au départ, je me disais non, mais c’est du blabla le coaching. Et en fait, j’en ai vu le résultat. C’est impressionnant. C’est quelque chose que j’aurais dû faire bien bien avant. En fait, au début de mon expatriation, c’est de me faire aider quand j’étais en phase de down pour faire le point. Qu’est ce que je veux? Comment je me vois dans plusieurs années? Qu’est ce qui va me faire me lever tous les matins avec la niaque pour accomplir quelque chose pour moi même? Parce que ce qui se passe aussi et pourquoi moi, ça a changé ma vie d’entreprendre, c’est que j’ai beaucoup donné de mon temps et de mon énergie pour installer ma famille. Sans doute que vous, c’est pareil. Si vous écoutez ce podcast et que vous avez déjà vécu une première expatriation, vous continuez, vous enchaînez sur une deuxième, voire une troisième, voire plus. Vous connaissez ce sentiment-là qui est de mettre la famille au premier plan, d’installer tout le monde, de s’occuper de la partie administrative, s’occuper de l’intégration des enfants (on en a parlé) d’organiser des play dates.  L’essentiel, c’est que votre tribu se sente bien, mais vous dans l’histoire? Et moi, j’avais tendance aussi à m’oublier et entreprendre a changé ça. 

Libre de passer plus de temps avec mes enfants

[00:08:23] C’est-à-dire qu’aujourd’hui, je me lève le matin, j’ai ma liste de tâches, j’ai mes objectifs de la semaine et je remercie chaque jour d’avoir le luxe de faire ça, c’est-à-dire d’entreprendre des projets qui me tiennent à cœur. Alors, je suis pas encore indépendante financièrement, ça, c’est sûr, c’est clair que je gagne pas des milliards, mais à côté, j’ai un équilibre de vie qui est assez incroyable avec la possibilité d’emmener mon enfant le matin, d’aller le récupérer le soir, d’aller faire des balades avec ma chienne. Si c’est un mauvais jour que je n’arrive juste pas à avancer du tout, je me prends une heure et je vais me balader. C’est quelque chose qui est possible et on se sent tellement plus, tellement plus apaisée. En fait, j’ai connu moi aussi une vie à Lyon où je lâchais mes enfants à la garderie du matin à 7h30 et j’allais les récupérer. Ils étaient les derniers à partir de la garderie du soir à 18h30. C’était la course. C’était la course. Mes fils obéissaient comme des petits soldats. Oui, chef, en rigolant parce qu’on essayait de prendre le ton de l’humour pour que ça passe mieux, pour qu’ils obéissent à maman. Parce que papa multipliait les allers retours Angleterre-France. Donc, ce n’était pas évident. Et cette vie là, en fait, j’en veux plus. J’en veux plus d’avoir le temps de rien, de presser mes enfants. 

Libre de travailler avec qui on veut

[00:10:00] Et donc l’entrepreneuriat ça m’a apporté ça, confiance en soi, retrouver du temps pour soi, faire quelque chose qui nous plaise à nous et pas aux autres, et choisir aussi avec qui on travaille. C’est quelque chose que quand on est dans une équipe, on travaille sur des projets qui sont poussés au niveau stratégique et on choisit pas forcément avec qui on travaille. Quand on est entrepreneur, on peut choisir nos partenaires, on peut choisir avec qui on travaille ou pas. Et ça, ça nous apporte une grande liberté, donc une liberté, bien sûr, d’organisation de temps, mais aussi d’être en phase avec ce qu’on a envie de faire aussi et avec qui on a envie de travailler. Et ça, c’est magique, c’est super. 

[00:10:45] Donc, je ne suis pas en train de vous dire que je vais entreprendre toute ma vie, mais en tout cas, peut être que vous, ce sera pareil. Mais cette aventure-là, d’essayer d’entreprendre quelque chose, d’avoir un projet à soi, c’est hyper riche. En tout cas, moi, ça m’a apporté énormément. On parlait de la confiance en soi, de l’estime de soi, de se sentir capable effectivement de mener un projet de A à Z pour soi. Et c’est aussi le regard du conjoint sur soi, c’est à dire que ce conjoint qui a entraîné toute sa famille dans l’aventure, qui a déjà une pression énorme qu’il se met lui-même au niveau du travail, qu’on lui met aussi avec des différences culturelles, avec des différences en termes de management. Du coup, c’est très difficile à assumer et le fait de rentrer à la maison et que la personne, la femme ou le mari se sente pas bien, se sente en décalage, se sente malheureuse, se sente pas accompli, pas complète. Et ça, c’est très, très compliqué. Et quand il voit, il ou elle voit son conjoint ou sa conjointe bien entreprendre et se sentir un peu revivre avec des papillons dans les yeux et une certaine appréhension, mais une appréhension positive, une excitation face à la nouveauté, au challenge de projet. C’est génial, du coup. Finalement, chacun sait ce qui est important. 

L’entrepreneuriat est une belle aventure à tenter!

[00:12:20] Chacun va trouver, va y trouver son compte dans l’expatriation. Chaque membre de la famille doit s’y retrouver. Et ça, c’est super important. Donc, voilà ce que je voulais vous dire par rapport à l’entrepreneuriat en expatriation, ce n’est pas forcément quelque chose que vous DEVEZ faire. Vous devez tenter absolument. Mais c’est une voie à explorer. Par contre, c’est sûr que c’est pas facile et on est vraiment seul. En tant qu’entrepreneur, on est seul face à son projet, face à ses décisions, c’est difficile. Mais c’est le revers de la médaille, en quelque sorte de la liberté. D’un côté, on a la liberté, mais de l’autre côté, on a beaucoup de solitude face à cette prise de décision. Mais, c’est un confort de vie qui est incroyable. Une belle aventure, une belle aventure. Vraiment. Les options qui s’offrent à vous, bien sûr. Entreprendre. Retravailler si c’est ça qui vous épanouit. C’est génial aussi pour s’intégrer à la culture du pays. Et puis aussi, ne l’oublions pas, si vous vous sentez de rester à la maison et de vous consacrer à vos enfants, vous avez besoin de ça en ce moment. Il n’y a pas de dictature de l’entrepreneuriat. Vous n’êtes pas obligé d’entreprendre, mais ce que je veux vous dire, c’est si c’est quelque chose qui vous attire. Pourquoi pas? Pourquoi pas essayer? Et surtout, n’hésitez pas à vous faire accompagner. Il n’y a pas de honte à ça. 

Pour aller plus loin

[00:14:00] C’était le dernier épisode hors série de ce mois d’août. J’espère que ce format en solo un peu particulier vous a plu. Sachez que j’ai enregistré un livre audio à destination justement des expatriés, des femmes, puisque vous êtes en majorité des femmes à suivre votre conjoint à l’étranger, si vous vous sentez un petit peu perdu. Justement, dans ce livre audio, je vous délivre les conseils que j’aurais aimé avoir, moi, avant de partir. Si vous êtes maman à l’étranger, ça peut vous intéresser.