Nicolas Parisot a passé sa jeunesse à l’étranger. Si seulement Flatlooker avait existé à l’époque! Il a co-fondé Flatlooker pour faciliter la gestion locative des locataires et des propriétaires à distance. Nicolas nous a quitté le mois dernier quelques jours après l’enregistrement de cet épisode. Sous le choc, l’équipe Flatlooker a souhaité maintenir la diffusion de ce podcast plus déterminée que jamais à faire de Flatlooker le leader de la gestion locative. Cet épisode est donc dédié à Nicolas Parisot.

Quand on part en expat et qu’on est propriétaires, c’est un vrai casse tête de faire louer l’appart qu’on aime tant. On sait qu’on ne pourra pas revenir facilement en cas de problèmes. Donc il est crucial de trouver une agence qui ne se contentera pas d’encaisser le loyer mois après mois mais qui sera vraiment digne de confiance pour gérer notre bien à distance. Dans cet épisode sponsorisé, je donne la parole à Nicolas Parisot, co-fondateur de Flatlooker, une agence immobilière 100% digitalisée. Il va nous aider à identifier les critères les plus importants pour choisir son agence et nous montrer que la gestion locative à distance c’est tout à fait possible!

Louer ou vendre quand on quitte la France?

Cristina [00:00:00] Je suis très heureuse de vous recevoir sur le podcast Expat Heroes, vous allez nous aider à comprendre comment faire louer son appartement en France facilement quand on part en expat. D’abord étudions les raisons qui nous poussent naturellement à louer son appart en France avant de partir s’installer à l’étranger. On va louer son appartement pour deux raisons principales: 1) pour générer un revenu fixe et 2) pour garder un point de chute en cas de retour. Mais peut-être qu’il faut mieux vendre son appartement avant de partir en expat, j’ai des amis qui ont fait ce choix. Qu’est-ce que vous en pensez? 

Nicolas [00:00:34] C’est une très bonne question. Je pense que chaque projet d’expatriation est un peu différent. Le premier point à regarder, c’est votre situation financière. Est-ce que vous vous êtes endetté sur cet appartement ou pas? Il y a des personnes qui ont la chance d’avoir soit hérité, soit pu avoir acheté cash, soit même avoir déjà remboursé leur emprunt. Donc, si vous êtes endettés, c’est de savoir à quelle hauteur et est-ce que finalement, les loyers que vous allez percevoir vont couvrir tout ou partie des charges que vous allez avoir. Et parmi les charges, non seulement la dette bancaire, mais également toutes les charges courantes de l’appartement. Et puis, également savoir depuis combien de temps que vous êtes propriétaire. Est-ce que votre marché dans la zone où vous êtes en ce moment est propice à la vente ou pas? Si vous avez un marché qui finalement continue de monter chaque mois et que vous n’avez pas de problème avec votre dette bancaire, vous avez peut-être intérêt à garder l’appartement. Je dirais que chaque projet est vraiment différent. C’est à vous de voir. Depuis combien de temps vous avez acheté l’appartement? Quelle est votre dette? Est-ce que vous avez besoin de vous endetter ou pas à l’étranger? Ou est-ce que vous êtes locataire à l’étranger et en fonction de ces différents points, est-ce que je le vends ou est-ce que je mets mon appartement en location? 

Comment choisir entre location saisonnière et location longue durée

Cristina [00:01:38] Optons pour l’option de mettre son appartement en location puisque c’est le thème du podcast, « comment faire louer son appartement en France quand on part en expat ». Mais quel type de location choisir? On a la location de longue durée bien sûr. Mais il y a aussi la location saisonnière. Est-ce que vous pouvez nous éclairer sur cette différence? 

Nicolas [00:01:57] Effectivement. Donc la location saisonnière, c’est généralement louer son appartement, soit à la nuitée pour une, deux, trois nuits ou quelques semaines. La location longue durée est régie par la loi de 89 où là, on a des baux plus longs. Les baux en location meublée sont d’un an. Les baux en location vide sont de trois ans. Donc la location saisonnière aujourd’hui est de plus en plus réglementée en France, c’est-à-dire que soit vous gardez votre résidence française comme votre résidence principale et c’est-à-dire que vous allez habiter plus de huit mois par an dans cette résidence, ce qui n’est généralement pas une expatriation, mais + quelques voyages d’affaires à distance, auquel cas la location saisonnière est assez intelligent.

Soit vous partez réellement pour une expatriation de plusieurs années. Auquel cas, ce ne sera plus votre résidence principale. Cette résidence va devenir votre résidence secondaire. Et aujourd’hui, en France, la location saisonnière de résidence secondaire est très réglementée dans des villes comme Paris, Lyon, Bordeaux ou Aix en Provence, par exemple. Il est quasi impossible, en tout cas, il est très, très difficile de mettre sa résidence secondaire sur le marché de la location saisonnière. Donc, c’est une solution qui, a priori, ne s’y porte pas.

La première chose à faire c’est de vous renseigner en fonction de votre ville sur la possibilité ou pas de louer une résidence secondaire. Si vous avez la possibilité, il va falloir regarder combien de nuits vous allez pouvoir louer dans l’année et ce que ça pourrait vous rapporter en termes de revenus et comparer ça à une location longue durée. Généralement, si vous partez pour la longue durée (1, 2, 3 ans), la location qui se prête le mieux à ce type d’exercice, c’est la location de longue durée. 

Pensez bien à inclure une clause de retour dans votre contrat de location!

Cristina [00:03:30] Oui, en effet, je pense que les auditeurs qui qui nous écoutent partent plutôt en expatriation pour plusieurs années, voire émigrent à l’étranger. Dans le cas d’expatriation, avec des contrats courts qui ne sont que de 2 ou 3 ans, est-ce que je peux mettre une clause de retour à mon contrat? Parce que si je rentre, j’ai envie de pouvoir retourner dans mon appartement. 

Nicolas [00:03:52] Oui vous pouvez, et même c’est très, très important de le faire aujourd’hui. Ce qu’il faut comprendre, c’est que lorsque vous louez votre appartement pour une location longue durée, vous avez deux grands types de baux. Il y a le bail location meublée. Vous allez laisser un certain nombre de meubles dans l’appartement. Le locataire va louer l’appartement meublé et là, vous en tant que propriétaire bailleur, vous vous engagez sur une durée d’un an. C’est-à-dire que tous les ans, à date d’anniversaire, vous pourrez récupérer votre appartement. La location vide, elle, -c’est-à-dire que vous partez avec vos meubles, il ne reste plus rien dans l’appartement- dans la location vide, on s’engage sur des baux de trois ans. Donc vous allez pouvoir récupérer votre appartement tous les trois ans, date d’anniversaire.

L’expatriation, on le sait, ne se passe pas toujours comme prévu. C’est-à dire que parfois, on pense qu’on va partir six ans et on revient au bout de deux ans. Et donc, il est possible, grâce à la loi de 89, de prévoir un cas particulier qui est le bail à durée réduite.

Qu’est-ce que le bail à durée réduite? C’est un bail qui permet pour les bailleurs qui sont des personnes physiques  -c’est très important et il faut que vous soyez propriétaire en direct de cet appartement ou via une SARL familiale- pour les personnes physiques, de rajouter une clause dans le bail qui dit qu’un événement précis peut justifier qu’on reprenne le logement pour y habiter pour des raisons familiales ou professionnelles.

Et un retour d’expatriation, typiquement, est une raison qui est recevable pour ce type de clause. Et dans ces cas-là, vous avez un préavis de deux mois, c’est-à dire qu’à tout moment, sous deux mois, vous pouvez récupérer votre appartement en France. 

Location meublée = réduction d’impôt?

Cristina [00:05:20] Mais quand Nicolas, vous parliez de la possibilité de louer son appartement meublé, si je loue en meublé, j’ai entendu dire que j’ai droit à une réduction d’impôt: c’est vrai? 

Nicolas [00:05:32] Ce n’est pas totalement une réduction d’impôt. Effectivement aujourd’hui, vous avez plusieurs types de fiscalité. Et la fiscalité pour une location meublée est plus intéressante que la fiscalité pour une location vide. Prenons un cas très simple. Disons que vous êtes sur une déclaration fiscale simplifiée, que vous avez juste un ou deux logements dans le cadre d’une déclaration fiscale simplifiée. En fait, on ne va pas calculer votre bénéfice locatif. On ne va pas s’amuser à sommer tous les revenus et enlever toutes les charges avec des factures à l’appui. On va juste soumettre un revenu à l’État français et l’État français va appliquer un abattement. Cet abattement, il est de 50 % dans la location meublée et il est de 30 % dans la location vide. Ce qui signifie en fait que en tant que propriétaire dans la location meublée, je vais payer mes impôts sur 50 % des revenus locatifs dans la location vide. Je vais payer mes impôts sur 70 % de mes revenus locatifs. Donc oui, fiscalement, sur un régime notamment simplifié, il est plus avantageux de louer son appartement meublé. 

L’agence idéale: joignable, économique et digitalisée

Cristina [00:06:35] Oui, encore faut-il ne pas être attaché à ses meubles, ne pas laisser des meubles haut de gamme, mais bon, ça, c’est un autre débat. Ce qui est clair, c’est que comme je vis à l’étranger, je ne peux pas assurer la gestion de mon bien personnellement. Quels sont les critères les plus importants pour choisir l’agence de location à qui je vais confier la gestion de mon bien? 

Nicolas [00:06:56] Il y a plusieurs critères et là, je dirais que ça dépend également de vos affinités personnelles. Mais un des points qui me paraît le plus important quand on part à l’étranger, c’est quand même de choisir une agence qui a la possibilité de vous apporter un suivi à distance qui soit assez digitalisé, qui utilise des moyens de communication type WhatsApp, par exemple, ce qui est le cas de toutes nos équipes commerciales ou toutes nos équipes de gestion locative chez Flatlooker. Donc ça, la possibilité de communiquer facilement et non pas de recevoir des choses par la poste une fois par mois, ça ne marchera pas. Et puis, une fois qu’on a parlé de communication, il y a un sujet de prix bien évidemment qu’ il faut prendre en considération. Et puis, je pense qu’il y a un sujet aussi de connaissance de votre secteur et puis de satisfaction client à regarder de près quand vous sélectionnez un gestionnaire. 

Cristina [00:07:41] Oui, alors moi, expérience très négative. De mon côté, première expatriation on est partis à Madrid. On a décidé de louer notre appartement. En plus un appartement 1er achat on y a mis tout notre cœur. Premier achat, premier prêt immobilier aussi. Et on a cherché une agence de quartier. Et là: grosse déception parce que quand on a voulu reprendre l’appartement, il était dans un état ! Il y a une sous location qui avait été faite,  colocation aussi sous-location. L’état de l’appartement était déplorable. Donc oui, c’est important de rester en contact régulièrement avec son agence et qu’on ait toute confiance pour la gestion de son bien. 

Louer son appart meublé haut de gamme à une société de relocation

Nicolas [00:08:29] Et puis, vous mettez le doigt sur un point assez particulier vous parliez tout à l’heure de ne pas laisser vos meubles trop haut de gamme dans un appartement. Si vous laissez vos meubles haut de gamme, il est préférable de vraiment être très, très sélectif sur les personnes à qui vous allez louer votre logement. Potentiellement même de louer votre logement à des personnes qui sont expatriées dans le sens inverse. Ça, c’est des choses que nous on fait souvent: de travailler avec pas mal de sociétés de mobilité ou sociétés de relocation. Ce sont des personnes qui accompagnent des locataires venant de l’étranger ou de province pour s’installer, par exemple à Paris, à Lyon, à Bordeaux peu importe. Et souvent, dans ce type de location-là, vous pouvez avoir l’entreprise qui va se porter caution du salarié. Ce sont des choses à regarder de près si vous souhaitez louer. L’avantage également, c’est que si vous laissez du coup des meubles haut de gamme, vous allez pouvoir aller chercher un loyer un peu plus haut de gamme également. Donc, ce sont des choses à regarder de près. Il faut dans ces cas-là vous rapprocher d’une agence qui sait traiter avec ce type de location. 

Flatlooker est moins cher et plus rapide qu’une agence de quartier

Cristina [00:09:27] Puis, on a souvent l’image, ça rend les choses encore plus difficiles, l’image de l’agence qui ne fait d’autre chose que d’encaisser le chèque à la fin du mois. Concrètement, ça coûte combien de faire appel à une agence? 

Nicolas [00:09:42] Aujourd’hui, les tarifs moyens d’une agence immobilière en France, ça va être pour la mise en location d’un mois de loyer, c’est-à-dire que le premier mois de loyer versé par le locataire va revenir à l’agence et non au propriétaire. Et pour la gestion locative, les baromètres actuels sont entre 7 et 8 % TTC des loyers. Concrètement, si vous avez un loyer 1000 euros, vous allez tous les mois en donner 8 % à l’agence. Ensuite, vous avez les agences traditionnelles, il y a de plus en plus d’acteurs digitaux, comme Flatlooker, dont notre plateforme, où là vous êtes sur des tarifs qui sont 25 % moins chers sur la mise en location et pratiquement deux fois moins cher sur la gestion locative. Et ça, c’est tout un tas de développements en interne, d’outils, de techno qui nous permettent de réaliser des économies de coûts de structure qu’on va répercuter dans les tarifs. Mais globalement, le tarif moyen, 7 à 8% en France. 

Cristina [00:10:34] J’ai lu que pour un loyer mensuel de 1000 euros, Flatlooker nous faisait économiser 660 euros par an par rapport à une agence de quartier. C’est ça? 

Nicolas [00:10:42] Tout à fait. 

Cristina [00:10:43] Oui, c’est non négligeable. En combien de temps un appartement est-il loué après que l’annonce soit diffusée sur Internet? 

Nicolas [00:10:51] J’aimerais vous donner un chiffre, mais ça va vraiment dépendre du type de logement de la zone, de la ville. Vous vous doutez bien qu’un petit studio à Paris qui est sous le prix du marché, il va partir en 24 heures. Mais bon, pour vous donner un peu des ordres de grandeur dans les grandes villes de France, nous aurons à peu près dix jours entre le moment où on a diffusé le logement et le moment où il y a un locataire qui paye effectivement le loyer. Quand je dis « paye effectivement le loyer », c’est qu’il faut faire très attention entre « j’ai loué », mais vous parfois pouvez louer au bout de dix jours, sauf que locataire, il va arriver dans deux semaines. Donc, en fait, vous allez quand même avoir trois semaines de vacances locatives. Donc moi, je parle vraiment entre le moment où vous mettez l’annonce en ligne et le moment où il y a le premier euro qui tombe pour le propriétaire. 

Cristina [00:11:32] Pas mal 10 jours! Parce que j’ai eu loué mon appartement et ça a mis parfois 2 ou 3 mois. Donc 2 ou 3 mois où ce n’est pas loué. 

Nicolas [00:11:42] Tout dépend encore une fois. Et typiquement, si vous allez chercher des loyers haut de gamme avec du mobilier haut de gamme, potentiellement des personnes qui seraient des locataires expatriés pour 1 ou 2 ans et dont l’entreprise se porte caution. Il est possible que ça va être un peu plus de 10 jours, donc ça va aussi dépendre du niveau de loyer que vous allez mettre. Mais la médiane qu’on obtient, qu’on observe nous aujourd’hui, c’est celle-ci. 

Valoriser l’humain et automatiser le reste: le succès de Flatlooker, l’agence immobilière digitalisée

Cristina [00:12:02] Donc, en résumé, vous êtes quand même plus rapide et moins cher et apparemment sans prise de tête. On économise de l’argent par rapport à une agence traditionnelle. On économise du temps aussi sur la mise en location. Et vous le disiez, on est rassuré en tant que propriétaire parce que votre équipe et hyperconnectée, à l’écoute, proactive, ça semble un peu trop beau pour être vrai sur le tableau, Nicolas. Je dois être aussi un peu traumatisée avec les agences. Mais comment c’est possible? Comment vous arrivez à vous rémunérer concrètement? 

Nicolas [00:12:35] On a fait le pari d’apporter énormément de technologie dans le milieu. Flatlooker aujourd’hui, c’est une plateforme de location et de gestion locative. On n’a pas pignon sur rue. On a des bureaux à Paris et on opère partout en France. Mais on n’a pas d’agence pignon sur rue. Donc, ça, c’est déjà une certaine économie qu’on va répercuter dans les tarifs.

Le deuxième point, c’est que cette techno, par exemple, elle nous permet aujourd’hui d’automatiser l’intégralité des flux financiers qui transitent lors d’une gestion locative. Les loyers, les dépôts de garantie, le paiement des artisans, les relances d’impayés, les encaissements d’assurances, tout ça est automatisé sur les plateformes avec des systèmes de micro wallet. Lorsque vous arrivez, que vous soyez locataire au propriétaire, on vous crée un micro wallet et donc ça nécessite beaucoup moins de traitements humains, notamment de la part de comptables que vous pouvez retrouver dans des agences traditionnelles. Chez Flatlooker aujourd’hui, le travail comptable est très, très, très restreint, uniquement sur les points très, très particuliers.

Donc, on va vraiment apporter de la techno, automatiser tout ce qu’on peut automatiser. On a fait la même chose sur la location, pour les visites. Aujourd’hui, si vous visitez un appartement sur Flatlooker, vous avez une visite virtuelle, des vidéos en haute définition de l’intérieur de l’appartement, des parties communes, un plan détaillé de la surface au sol, des prises de son fenêtres ouvertes, fenêtres fermées. Et donc, pour le locataire, c’est la possibilité de visiter et louer son appartement en ligne. Et ça, inévitablement, ça se transforme en un gain pour l’entreprise Flatlooker et donc un gain qu’on peut répercuter dans nos tarifs et être plus attractif avec une meilleure solution.

Voilà aujourd’hui l’état d’esprit dans lequel on est depuis cinq ans. Nous avons une équipe d’une quinzaine d’ingénieurs en interne, ce qui est aussi assez particulier pour une agence immobilière. On se considère pas tellement comme une agence immobilière. On a un modèle d’agence immobilière, mais on est plutôt une boîte tech. Voilà le secret derrière cette réussite. 

Cristina [00:14:24] C’est la force de l’esprit start up, donc bravo, c’est innovant ce que vous proposez. Vous aviez commencé avec la proposition d’annonces optimisées avec vidéos en 360, prises de sons… Donc tout le monde y gagne, c’est-à dire les locataires, parce qu’ils ont, sans se déplacer, une vision complète, exhaustive de l’appartement tel qu’il est. Et puis les propriétaires qui sont payés plus rapidement, qui ont leur appartement loué aussi plus rapidement. Donc, bravo! C’est innovant ce que vous proposez.

Chers auditeurs, Flatlooker offre un mois gratuit de gestion locative aux auditeurs du podcast Expat Heroes. Et pour en profiter et en savoir plus sur l’offre de gestion locative Flatlooker, je vous invite à cliquer sur ce lien.

Nicolas, on est quand même intrigués je pense, mes auditeurs aussi. Comment cette gestion locative peut se faire efficacement à distance? On comprend l’idée d’avoir une annonce très complète, mais concrètement, comment ça se passe pour les propriétaires? J’ai un ami qui vit à Seattle (Saya, si tu m’écoutes, je te salue). Et potentiellement, il pourrait étudier la possibilité de confier son appartement en gestion locative à Flatlooker. Son appart est à Lyon dans le 9ème. Donc il clique sur le lien de votre site internet (un lien qui se trouve en description, je le rappelle). Il vous contacte et après cela, qui revient vers lui? Il y a quand même des humains! 

Des interlocuteurs Flatlooker qualifiés, à l’écoute de votre projet de location

Nicolas [00:15:50] Il y a plein d’humains. Attention, on est pas en train de déshumaniser la location et la gestion locative. On est en train de remettre l’humain là où il a de la valeur. Mais effectivement, il y a un humain qui l’appelle et encore heureux. Et d’ailleurs, dans la vision de l’entreprise et de la digitalisation, il y aura toujours un certain nombre d’humains.

Une fois qu’il a déposé sa demande de devis sur le site Flatlooker, il va y avoir une personne de l’équipe qui va rappeler votre ami Saya de Seattle, il va être appelé et on va comprendre son projet locatif, répondre à un certain nombre de questions, l’accompagner sur toutes les questions qu’on a mentionnées en amont. Est-ce que je loue ou est-ce que je vends? Est-ce que je loue meublé ou vide? Quelle est la fiscalité? Est-ce que je mets une clause de retour anticipé? Etc. Etc.

Ensuite, il y a un sujet, bien évidemment, qui revient toujours, c’est à quel loyer je loue. Donc là, c’est pareil. C’est nos équipes qui à la fois avec leur expertise humaine et nos algorithmes de calcul de loyer, puisqu’on a aujourd’hui une équipe de data center qui s’occupe de regarder tous les jours le marché, les loyers auxquels les apparts sont loués, en combien de temps ils sont loués… Et donc tous les jours qui travaillent sur toutes les données de marché pour se dire « quel est le meilleur loyer auquel louer cet appartement? » Précisément, on va donner une proposition loyer.

Une fois que tout cela est acté, on envoie un mandat de gestion locative que le propriétaire va signer à distance, électroniquement et une fois qu’il aura signé électroniquement son mandat, automatiquement, ça lui crée un compte sur flatlooker.com dans lequel il peut mettre en ligne certaines pièces, notamment sa pièce d’identité, son titre de propriété, ces diagnostics… qui sont des pièces obligatoires pour louer un logement.

Et une fois que tout cela est fait, il y a un photographe qui prend contact soit avec le propriétaire s’il est sur place, soit avec un ami du propriétaire qui a les clés, bref, en tout cas avec la personne qui a les clés pour aller réaliser le reportage photo. Voilà dans les grandes lignes.

Après, une fois que le reportage photo est réalisé là, on va commencer à diffuser l’annonce sur un certain nombre de plateformes Flatlooker mais également toutes les grandes plateformes type SeLoger, Leboncoin, ParuVendu et j’en passe. Et on va commencer à collecter des candidatures. On va les pré-sélectionner, on va vérifier leur solvabilité et on va les soumettre aux propriétaires.

Et là, le propriétaire sur son espace en ligne pourra voir les différentes candidatures qu’on lui a soumises et décider ou non de les accepter à distance. Et c’est d’ailleurs la beauté de Flatlooker, c’est qu’on peut soumettre une candidature, la personne qui a 8 heures de décalage horaire peut l’accepter ou non pendant la nuit et le lendemain matin, quand l’agent commercial Flatlooker revient au bureau, il sait si oui ou non il peut avancer sur ce dossier ou il peut passer un coup de fil au propriétaire. Mais voilà, en tout cas, il y a plusieurs modes de communication possibles. 

Changer d’agence immobilière et passer sur Flatlooker c’est facile!

Cristina [00:18:25] Alors, par contre, mon ami, il a déjà son bien en location dans une agence traditionnelle. Pour switcher, c’est facile de changer pour aller chez Flatlooker? Comment on fait? 

Nicolas [00:18:35] Alors nous on accompagne le propriétaire dans le switch. Pour switcher, ce qu’il faut comprendre, c’est que soit vous switchez à la date anniversaire de votre contrat. Donc, généralement, la première chose que l’on fait, c’est qu’on va demander à votre ami de nous envoyer son contrat de gestion et on va pouvoir l’accompagner sur « à quel moment et comment et en évoquant quelles clauses » elle va pouvoir résilier son mandat.

Sans entrer dans les détails, il y a plusieurs moments dans la vie d’un mandat où on peut le résilier. Flatlooker va identifier le bon moment, va s’occuper de la résiliation, c’est-à-dire qu’on va rédiger la lettre de résiliation. On va la faire signer à distance au propriétaire. Une fois qu’elle est signée, la plateforme Flatlooker est pluguée en direct avec la Poste et il y a un recommandé qui va partir chez l’agence qui est actuellement gestionnaire du bien. Et une fois que l’agence aura reçu le recommandé, on prend contact avec l’agence et on s’occupe de rapatrier l’intégralité des documents sur la plateforme, de contacter le locataire, de lui expliquer que son gestionnaire change, que le RIB sur lequel il faut qu’il vire ses loyers change, que son point de contact pour tout ce qui est problématique technique change.

Et ensuite le bien est en gestion. Il faut compter entre – pour les dossiers qui se passent vraiment très facilement – deux semaines pour les dossiers où, en fait, l’agence en face met du temps à répondre, il y a des documents qui sont incomplets etc. plutôt deux mois. 

Cristina [00:19:53] Déjà, c’est pénible: rédiger, avoir les bons termes, trouver le bon moment pour résilier. Donc, c’est super que vous puissiez accompagner les propriétaires là-dessus. 

Nicolas [00:20:02] On a vraiment essayé de reproduire ce qui avait été fait sur la téléphonie mobile à l’époque. Les personnes il y a 20 ans, pensaient tous qu’il était très, très difficile de sortir de son abonnement téléphonique. On était verrouillés de partout, avec des contrats tacitement reconductibles, etc. Bon, il y a eu un acteur qu’on connait tous ce qui est arrivé en France et qui a un peu tout cassé. Il y a des lois, notamment la loi Chatel, qui sont venues aussi un peu bousculer, ce qu’il était possible ou pas d’imposer à un consommateur en France. Et donc, toutes ces lois font qu’aujourd’hui, en fait, on peut résilier ces contrats de manière assez facile ou en tout cas au moins tous les ans. Et donc nous on va accompagner le propriétaire la phobie administrative, on va dire faire en sorte que tout soit facile. 

Cristina [00:20:47] Et pour la remise de clés, il faut quand même que l’agence traditionnelle joue le jeu (de vous filer les clés d’aller visiter). 

Nicolas [00:20:56] Alors oui. Et alors ça, c’est le cas particulier où l’appartement ne serait pas loué. Parce que généralement, quand on reprend un appartement en cours de gestion, il y a un locataire dans les lieux. Mais effectivement, parfois, le propriétaire décide de changer au moment où le locataire change. Il se dit « OK. Là, c’est le bon moment. Mon locataire est sorti. Je ne vais pas me réengager avec cet acteur. Je vais regarder ce qui se fait sur le marché. » Et auquel cas, là, effectivement, il y a un enjeu additionnel. C’est que l’agence soit OK pour envoyer les clefs. Là, on veut qu’elle l’envoie. Ou alors nous, on envoie un coursier à l’agent chercher les clés. Mais voilà. 

Cristina [00:21:25] Alors, en résumé, combien je vais avoir d’interlocuteurs chez Flatlooker. Car il y a plein d’humains. On l’a compris, on met la valeur dans l’humain mais qui?

Nicolas [00:21:33] Aujourd’hui, vous allez avoir: un interlocuteur au moment de la définition de votre projet. Donc un interlocuteur qui va vous accompagner jusqu’à ce que votre annonce en ligne, c’est-à-dire que c’est l’interlocuteur qui va vous accompagner sur tous les sujets fiscaux, estimation de loyer, est-ce que je loue vide ou pas? Etc. Etc. Définir votre projet.

Une fois que l’annonce est en ligne, vous avez un interlocuteur qui lui va être en lien avec tous les candidats, avec également les sociétés de mobilité ou les entreprises qui voudraient louer l’appartement. Qui va vous accompagner dans le fait de sélectionner le meilleur candidat et préparer l’état des lieux et suivre l’emménagement du candidat jusqu’à deux semaines après l’emménagement. C’est-à-dire que généralement, dans une organisation classique, au moment où le locataire entre dans les lieux, ça passe dans le service de gestion. Chez Flatlooker, on a pris plutôt le positionnement de dire « les deux semaines qui suivent l’emménagement, c’est encore le même interlocuteur » pour s’assurer qu’il n’y ait pas de rupture de charge.

Et ensuite vous allez au bout de deux semaines, passer en gestion locative. Et là, si votre locataire reste 5 ans, pendant cinq ans, vous allez avoir une gestionnaire qui va gérer votre appartement sur ces cinq années-là. Donc voilà, il y a des personnes, du coup, qui repassent du service gestion au service commercial tous les deux ans puisque leurs locataires partent tous les deux ans. Il y a des personnes qui sont chez nous depuis cinq ans et qui ont toujours eu un seul interlocuteur puisque leur locataire n’a jamais changé en cinq ans. 

Solvabilité du locataire, signature de bail, état des lieux

Cristina [00:22:49] Comment se passe la sélection du locataire? Je voulais revenir là-dessus. Évidemment, le propriétaire a le dernier mot, mais est-ce que vous vérifiez la solvabilité des candidats? C’est important, bien sûr. 

Nicolas [00:22:59] Donc, aujourd’hui, tous les locataires qui candidatent sur Flatlooker, ils vont déposer un dossier complet. Donc on va demander toutes les pièces qu’on a le droit de demander aujourd’hui, que ce soit les justificatifs de revenus, les fiches d’imposition, le contrat de travail, la pièce d’identité, le justificatif de domicile. Nous allons étudier toutes ces pièces-là.

On va étudier 1) que le dossier soit complet 2) qu’il soit véridique et en cas de doute, on peut aller jusqu’à appeler l’employeur. Nous avons également développé des technos qui nous permettent de vérifier la véracité de certains documents en un clic. Je vous donne un exemple. Aujourd’hui la base des avis d’imposition français est une base qui est publique, ouverte. Donc, quand un locataire nous donne son avis d’imposition en ligne sur Flatlooker, il y a un robot qui scanne l’avis d’imposition qui extrait de cet avis d’imposition le numéro fiscal du locataire, qui va interroger la base du gouvernement et qui, tout de suite, nous dit « est-ce que le chiffre qu’on a sur cet avis d’imposition est bien le chiffre que le gouvernement a déjà. Ce papier, il est infalsifiable.

Encore une fois, il y a un check humain et il y a un check après avec les technos qu’on développe. On combine ces deux-là. Et lorsqu’on a un dossier qui est bon et qui est solvable -vous parliez de solvabilité, c’est à la fois le locataire, mais également les garants- là, on va le présenter aux propriétaires. 

Cristina [00:24:25] En tout cas, le propriétaire a le dernier mot et ça, c’est toujours important. Signature de bail et état des lieux: comment ça se passe étant donné que le propriétaire ne peut pas être présent? 

Nicolas [00:24:36] Aujourd’hui lorsque le propriétaire donne le mandat de gestion à Flatlooker, il donne notamment le droit à Flatlooker de signer les baux et signer les états des lieux. Donc, le bail est édité par Flatlooker. Il est signé par Flatlooker au nom du propriétaire. Et ensuite, l’état des lieux, c’est pareil. C’est Flatlooker qui est présent physiquement et qui va réaliser l’état des lieux avec le locataire, que ce soit l’entrée ou la sortie. 

Flatlooker est présent dans 32 métropoles en France

Cristina [00:24:58] Une question importante, évidemment, vous êtes présents à Paris, mais vous êtes présents dans toute la France?

Nicolas [00:25:05] Aujourd’hui, on est présent dans 32 métropoles en France. Donc concrètement, on couvre 80 à 90 % du marché locatif, notamment du marché locatif expatrié. 

Chez Flatlooker, le propriétaire reçoit le loyer 3 jours après que le locataire l’a payé!

Cristina [00:25:15] Il y a quelque chose que je voulais partager avec vous parce que quand j’ai mis mon appartement en location à Lyon, c’était super frustrant de n’être payé que le 15 du mois alors que mon locataire versait le loyer le 1er. Comment ça se passe chez Flatlooker? Est-ce qu’il y a un délai de paiement aux propriétaires? 

Nicolas [00:25:32] Ce délai, effectivement, on l’a énormément raccourci grâce à la tech. Ce délai aujourd’hui il est de trois jours chez Flatlooker. Comment c’est faisable et pourquoi les agences payent le 15 du mois? Aujourd’hui, lorsqu’un locataire paie le 1er du mois, par exemple dans une agence, l’agence paye souvent le 15 du mois. Les propriétaires ne comprennent pas pourquoi. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’aujourd’hui, un locataire, quand il paye son loyer à une agence traditionnelle, tous les locataires envoient leurs loyers sur le même compte en banque. Donc, il y a un comptable dans l’agence dont le rôle, c’est de pointer le compte en banque et de comprendre quel loyer correspond à quel locataire. Et une fois qu’il a fait cela, il peut dire « le locataire de Saya, par exemple a payé donc je vais pouvoir payer Saya ». Vous vous doutez bien que le comptable ne va pas faire ça tous les jours. Donc généralement, il fait ça le 15 du mois et le 28 du mois. Et donc, c’est pour ça que, en fait, même si vous avez payé le 1, le comptable va regarder le 15 et donc va vous payer le 15.

Pourquoi chez Flatlooker c’est différent? Chez Flatlooker lorsque vous vous inscrivez sur la plateforme, en fait, nous, on ouvre des comptes en banque, des micro wallet à tous les propriétaires et tous les locataires. Donc en fait, les flux, c’est un locataire qui paye sur un micro wallet de propriétaire. Donc on sait que quand il y a 900 euros de crédit sur ce micro wallet-là, ça correspond à tel appartement et tel locataire, donc on n’a pas besoin de pointer. Ça nous fait économiser en coût puisqu’il n’y a pas besoin d’humains qui pointent. Et ça fait économiser en vitesse puisque le propriétaire, il n’a pas besoin d’attendre que tous les autres locataires payent. Le sien a payé. 3 jours après -donc pourquoi 3 jours? Parce qu’il y a des délais bancaires- trois jours, après, il a l’argent sur son compte. Voilà, tout ça c’est automatisé. 

Cristina [00:26:59] Oui, là encore, vous avez identifié là où l’humain a de la valeur et là où vous pouviez automatiser. Et du coup, vous apportez de l’innovation: les propriétaires y gagnent, les locataires y gagnent, bref, tout le monde y gagne. Dernière question pour les auditeurs qui rentreront en France bientôt, mais ne pourront pas récupérer leur appartement. Ça m’est arrivé! Ils pourront donc rechercher un bien à louer chez Flatlooker, ça marche aussi dans ce sens-là? 

la force de Flatlooker, c’est que vous pouvez visiter votre logement à distance et le louer à distance, que ce soit pour un retour en France pour vous ou pour vos enfants.

Nicolas [00:27:27] Oui, tout à fait. On a beaucoup parlé du service Flatlooker pour les propriétaires qui s’expatrient. Oui, mais pour les personnes qui se rapatrient en France, la force de Flatlooker, c’est que vous pouvez visiter votre logement à distance et le louer à distance, que ce soit pour un retour en France ou que ce soit pour vos enfants. On a énormément d’expatriés dont les enfants viennent étudier en France pour leurs études supérieures. Et donc depuis New-York, Singapour, Côte d’Ivoire, peu importe. Vous pouvez visiter à distance et sécuriser le logement à distance. Et quand votre enfant arrive en France, il y a l’état des lieux qui est déjà prêt. On récupère les clés, on fait rentrer dans l’appartement. 

Cristina [00:28:05] Donc, vous l’avez compris, louer son appartement en France, quand on part en expat, c’est facile. En tout cas, c’est plus facile avec Flatlooker, c’est possible. Un grand merci pour vos réponses, Nicolas.

Et surtout Flatlooker vous offre, offre aux auditeurs du podcast Expat Heroes, un mois gratuit de gestion locative. Donc, ça vaut le coup d’aller voir ce que Flatlooker propose. Pour en profiter, cliquez sur ce lien. Et un membre de l’équipe Flatlooker vous contactera.

Un dernier mot Nicolas? 

Nicolas [00:28:37] Merci beaucoup pour votre accueil. J’étais moi même expatrié dans un certain nombre de pays avant de rentrer en France. Donc je sais à quel point ça peut être parfois source de stress et de questionnements. Donc, merci pour l’invitation. Si des personnes auditrices ont des questions, on sera ravis de vous accompagner dans tous vos projets immobiliers. 

Cristina [00:28:57] Génial, moi, je regrette de ne pas avoir connu Flatlooker il y a plusieurs années. Donc, Flatlooker est là maintenant pour vous accompagner dans votre location d’appartements.